À venir sur ma page…

Ce n’est peut-être pas un hasard si j’ai décidé d’écrire. Quand je ne le fais pas, je lis… Et je lis beaucoup! Comme quoi, j’ai bien choisi mon travail. Les livres ont toujours eu une grande place dans la vie. Très prochainement, je vous ferai connaître mes découvertes littéraires et ce que j’en ai pensé.

C’est à venir!

À quoi s’attendre pour le cœur de l’Oealys?

Il n’y aura pas de nouvelle inédite cette semaine. Je fais une petite pause. Pourquoi? La raison est très simple. Tant que le tome 2 ne sera pas publié, tous les textes sont liés au livre « La prophétie ». Malgré mon imagination débordante (oui, je sais, je me lance des fleurs! ), si on tient compte de toutes les contraintes que je m’impose (ces nouvelles doivent apporter quelque chose à l’histoire, Catherine ne doit pas y être impliquée directement et je ne dois pas avoir prévu de parler de ces anecdotes ou des événements qui les entourent dans un futur tome), elles ne sont pas illimitées. Donc, je prends le temps de rassembler mes idées et j’y reviendrai plus tard. En lieu et place cette semaine, je vais vous dévoiler quelques petites choses à propos de la saga. Curieux? Continuer la lecture de « À quoi s’attendre pour le cœur de l’Oealys? &rquo;

Une longue nuit

Le crépitement du feu troublait les légers bruits nocturnes de la forêt. L’odeur de la fumée se mélangeait à celle de la terre humide et de la végétation. Un nuage passa paresseusement devant la lune. Le ciel était piqueté d’étoiles. Le regard d’Alice se perdait dans cet infini, les yeux brûlant d’avoir trop pleurer. Son cœur était pris dans un étau. Elle avait mal, si mal. Elle serrait contre elle ses bras, vide de ce petit être qu’elle avait porté, de cette petite fille qui avait grandi, envers et contre tout. Son enfant lui avait été enlevé, arraché. Elle n’avait pas réussi à la secourir. Elle l’avait perdue… Continuer la lecture de « Une longue nuit &rquo;

Annoncer son arrivée…

En franchissant les derniers mètres la séparant de la demeure de sa sœur, Alice eut un soupir d’appréhension. S’il y avait un sujet pour lequel Désirée n’était pas constante, c’était bien celui qui l’amenait ici, en ce jour. Au cours des dernières années, sa cadette avait démontré de meilleurs sentiments. Elle priait pour que ce fût toujours le cas. Elle ne pouvait pas reculer, ni repousser l’échéance. Elle avait attendu quatre jours, se servant de la santé d’Amélia comme excuse. Elle ne pouvait plus. Ses frères et sœurs seraient furieux contre elle, s’ils devaient apprendre la nouvelle via les ragots d’une commère. Elle commençait par le plus facile. Si Désirée devait mal le prendre, elle n’osait imaginer ce qu’en dirait Bertrand. Elle cogna à la porte, d’où jaillissaient des pleurs et les cris. Après une minute ou deux, une jeune femme lui ouvrit. Dans ses bras, se tordait et gigotait la responsable des hurlements. Continuer la lecture de « Annoncer son arrivée… &rquo;