La meute de Garval (tome 1, 2 et 3)

Justine Alphonsine nous ouvre ici les portes de son monde imaginaire empli de créatures fantastiques, avec au premier plan des loups-garous et des chasseurs. Deux races qui depuis des millénaires se font la guerre. Bienvenue au sein de la meute de Garval.

garval1

Synopsis tome 1 : Chasse ouverte

Clea et Soren ne sont pas amis, loin de là. En fait, ils se détestent cordialement, sans raison particulière… ou presque. Le jour où la jeune fille, après avoir imprudemment tenté de repousser l’Appel, se voit contrainte de quitter le lycée à la hâte pour y répondre, il la suit. Il n’aurait pas dû découvrir sa nature de loup-garou. Il ignore être lui-même un chasseur. Leur haine s’explique, mais maintenant, il faut faire face aux conséquences. Alors que Clea est forcée de fuir, Soren lui, va devoir face à des choix difficiles.

garval2

Synopsis tome 2 : Chien de chasse

Par accident, Clea a mordu Soren. Elle ne s’inquiétait pas outre mesure. La plaie guérissait bien et les chasseurs sont immunisés au venin des loups-garous. Mais voilà, il n’est pas encore pleinement chasseur, il n’a pas encore subi son Élévation. Lorsqu’il tombe malade, ils doivent se rendre à l’évidence, il risque de mourir. Et s’il devait survivre, qu’adviendrait-il de lui? La pleine lune aura lieu le jour de ses 18 ans. Après cela, sera-t-il chasseur, loup-garou ou autre chose?

garval3

Synopsis tome 3 : Terrain de chasse

La meute a perdu son Alpha. La dernière volonté de celle-ci était que Vael ou Arick lui succède, mais son petit-fils, Cyan, ne l’accepte pas. Furieux, il tente de s’imposer et échouant, il part. Il fondera sa propre meute et la fin justifiera tous les moyens.

Malheureusement, je dois l’avouer, la meute de Garval fut un peu une déception. L’idée générale semblait bonne et elle l’est. Elle n’est pas très innovante, mais bon, des histoires de loup-garou il y en a tellement eu qu’il est difficile d’être originale. On pardonne donc à l’histoire d’être un tantinet cliché et prévisible. Elle est amusante et c’est encore là le principal quand on lit un livre pour se divertir. Là où le bât blesse, c’est dans l’écriture elle-même. Je ne l’avais pas d’office classé comme une littérature jeunesse, et sur Amazon il ne l’est pas, pourtant le ton employé correspondrait à de jeunes adolescents. Ce n’est pas un mal en soi. Par contre, le texte aurait grand besoin d’être retravaillé. L’usage excessif des termes : « ensuite, alors et donc » et de la couleur des yeux des personnages principaux m’a fait grincé des dents au point de me gâcher ma lecture. Ce n’était tout de fois pas au point d’éteindre ma curiosité et, bien que je considère cette série tout juste moyenne, je n’en attendrai pas moins la sortie du quatrième et dernier tome pour apprendre comment elle se termine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *