Le Porteur de lumière (tome 1, 2 et 3)

Je ne dois pas être la seule dans ce cas, la #GrosseOP de Bragelonne, Milady et Castelmore a fortement influencé mes lectures présentes et à venir. J’ai toute une pile de livres à lire. Enfin, pour autant qu’on puisse parler de pile dans un Kindle! J’ai commencé par les trois premiers tomes du Porteur de lumière de Brent Weeks. Voyons voir ce que j’en ai pensé.

Synopsis tome 1 : Le Prisme noir

Le Prisme est l’homme le plus puissant du monde. Il est l’empereur, un magicien, celui qui décompose la lumière pour en assurer l’équilibre et le gardien d’une paix fragile. Cependant, les Prismes ne vivent pas vieux. Il ne reste que cinq années à Gavin Guile. Cinq années, cinq grands objectifs. Mais voilà que le passé le rattrape. Seize ans plus tôt avait fait rage la guerre du faux Prisme, un conflit ayant opposé Gavin à son jeune frère Dazen. Le vainqueur ne fut peut-être pas celui qu’on croyait. Et voilà qu’un rejeton bâtard de Gavin fait surface et qu’une nouvelle guerre se prépare.

Synopsis tome 2 : Le couteau aveuglant

Kip croyait être intervenu à temps. Gavin pensait ne pas avoir été poignardé, il pensait avoir encore cinq années devant lui. Finalement, il ne lui reste plus qu’une seule. Il se meurt. Il a déjà perdu le bleu. Il veut mettre à profit le temps qu’il lui reste, en commençant par mettre les réfugiés de Garriston à l’abri. Pendant ce temps, Kip est conduit à la Chromerie pour y intégrer la garde noire. Un honneur dont il se sait indigne, mais qu’il fera tout pour mériter. La guerre se poursuit, des bans tentent de se créer qu’il faut détruire avant qu’il ne soit trop tard.

Synopsis tome 3 : L’œil brisé

Après avoir été piqué par le couteau, Andross Guile n’est plus un spirite, il n’a plus à craindre son terrible secret. Après avoir été transpercé par le même couteau, Gavin ne peut plus créer. Prisonnier des pirates, il est réduit en esclavage, à ramer sur leur galère. Capturé par son demi-frère, Zymun, Kip parvient à lui échapper et à rejoindre la Chromerie par ses propres moyens. Il y retrouve les guerres secrètes des diverses factions et les ambitions de son grand-père. Il devra faire preuve d’ingéniosité pour survivre, tout en gardant espoir de secourir son père.

Après la trilogie de l’Ange de la Nuit, Brent Weeks se lance dans une œuvre de plus grande ampleur, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur étant que lorsqu’une histoire nous plaît, n’en a-t-on jamais assez? Le pire… Eh bien, il y a beaucoup d’informations, de secrets et d’intrigues qui se croisent et s’entrecroisent. Ce qui fait que, du moins pour le premier tome, il faut un peu s’accrocher. Il faut du temps pour réussir à bien entrer dans l’histoire. Ce ne sont pas des livres que l’on peut lire et apprécier pleinement en étant stressé, épuisé ou débordé, ce que malheureusement j’étais, tous les trois, lorsque je les ai lus. Je me console en me disant que je vais tous les relire lorsque sortira le 4e tome en français. Cela étant dit, si vous cherchez une saga fantasy riche, complexe qui vous entraîne dans un univers captivant, je vous recommande de lire le Porteur de lumière, vous ne le regretterez pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *