Keleana, tome 1, 2 et 3

Dans la collection « À lire » sur mon Kindle, j’avais quelques intégrales. En ouvrant Keleana la trilogie, écrit par Sarah J. Maas j’ai cru m’apprêter à lire le dernier. Il n’y avait que 3 tomes sortis en français, je n’avais pas regardé en anglais, et dans le résumé sur Amazon on peut lire : « Les trois tomes de la saga sont enfin réunis en numérique, à petit prix, pour l’été. » C’est limpide non? Eh bien non! Il manquait un terme à cette phrase. Ils auraient dû dire les trois premiers tomes de la saga. Ah les éditeurs! Enfin, en attendant la suite, je vais déjà vous parler de ceux-ci.

Synopsis tome 1 : L’assassineuse

Depuis 10 ans la magie a disparu. Depuis 10 le roi d’Ardalan multiplie les conquêtes et tyrannise le peuple. Depuis 10 Keleana est orpheline. Keleana Sardothien, dite l’assassineuse d’Ardalan, était la meilleure et la mieux payée des tueuses. Jusqu’au jour où elle fut trahie. Elle fut arrêtée et condamnée aux mines de sel d’Endovier. Après avoir passé un an dans cet enfer, une chance lui est offerte de recouvrer sa liberté. Un tournoi à mort va avoir lieu. Le gagnant devra servir durant 4 ans le roi à titre de champion. Le prince Dorian l’a choisi pour le représenter. La vie ou la mort, la liberté ou la mort, le choix est simple et le défi à sa hauteur. Ou plutôt, il aurait pu en être ainsi, s’il n’y avait pas eu toutes ces morts mystérieuses. Toute magie a-t-elle vraiment disparu?

Synopsis tome 2 : La reine sans couronne

Keleana est devenue la championne du roi. Ce qui revient à dire qu’elle joue à un jeu dangereux. Elle n’exécute pas ses cibles, mais met leur mort en scène et les aide à s’enfuir. Au début, ce n’était pas un problème. Ses missions étaient à des semaines de la capitale. Cependant, quand on lui demande de tuer quelqu’un qu’elle connaît de longue date dans la ville, la partie se complique. Elle ne veut pas le tuer. Elle ne veut pas non plus s’impliquer avec les rebelles comme le lui demande Nehemia. Celle-ci la traite de lâche lors d’une dispute. Ce sera leur dernière discussion avant la mort violente de la jeune femme. Des mots qui pèseront lourdement sur la conscience de Keleana.

Synopsis tome 3 : L’Héritière du feu

Après avoir découvert que Keleana est à demi-fae, Chaol se vend à son propre père pour, le croit-il, la mettre en sécurité. Il ne savait pas ce qu’il faisait. Il ne savait pas qu’en vérité elle est Aelin, l’héritière de la couronne de Terrasen disparue. Il ne savait pas que sa tante Maeve, la reine des fae la recherche. Cela dit, Keleana ne serait pas contre de la rencontrer, finalement. Elle a quelques questions à lui poser. Seulement Maeve ne lui répondra que si elle prouve son héritage fae. Ainsi débute un long entraînement sous la supervision d’un certain Rowan.

Je n’ai pas pour habitude de donner des notes. À tort ou à raison, je n’ai jamais eu comme objectif de faire une critique très structuré et recherché. Je souhaite seulement vous faire partager mon opinion sur mes lectures et vous laissez vous faire la vôtre. Dans cette optique, je trouvais cette idée de note un peu trop incisive. Pour cette fois-ci, je ferai une exception. De crainte que l’explication des points négatifs ne prenne trop de place, je vous dirais tout de suite que j’accorderais aux 3 premiers tomes de cette saga un 5/10. Et maintenant, pourquoi ce résultat moyen? Au début de ma lecture, j’ai trouvé le premier tome prometteur, puis il m’a captivé. Par contre, la fin m’a fait l’effet d’une gifle. D’abord il y a eu un chapitre où, à la manière dont on me dévoilait les intrigues, j’ai eu l’impression d’être prise pour une abrutie, suivie d’une rupture entre deux personnages, sans rime ni raison. Bon… peut-être l’auteure avait-elle du mal à conclure son livre… La suite serait peut-être meilleure… Mais non, dans le tome 2, la magie n’opérait plus. Peut-être l’auteure avait-elle seulement du mal à intégrer des relations sentimentales à son histoire… J’ai continué à lire et à réfléchir. Au tome 3, je crois avoir mis le doigt sur le problème. On dit qu’à partir du moment où un livre est disponible, il n’appartient plus à l’auteur, il revient aux lecteurs. Entre leurs mains, il prend une vie propre. Chaque personne lit les mots et recréé une histoire, un monde, via la perception qu’il en a. C’est à la fois magique… et un parfois un problème. Si l’écrivain n’a pas su transmettre correctement sa vision, elle peut finir terriblement déformée. Je crois qu’avec la saga de Keleana, Sarah J. Maas n’était malheureusement pas à la hauteur de ses ambitions. L’idée est bonne. Ce qu’elle a imaginé aurait pu donner une très grande œuvre. Mais elle n’a pas su mettre la subtilité nécessaire aux contradictions et la complexité de ses personnages et de ses intrigues. Dans tous les passages où le récit était assez simple, je me laissais prendre par l’histoire, j’en voulais davantage. Mais, dès qu’entraient en jeu les complots, les mystères, les secrets, les amours compliqués, le château de cartes s’effondrait. C’est dommage et je ne peux qu’espérer que dans les tomes suivants son écriture aura pris de la maturité. En attendant, ce n’est pas mauvais pour autant, au contraire, et je suis curieuse de découvrir la suite des aventures de Aelin, alias Keleana. Je regrette seulement de ne pas être aussi impatience que j’aurais pu l’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *