Les Dragons de la cité rouge

La plupart du temps, je parle de séries entières. Ce n’est pas par paresse que je ne les critique pas tome par tome. D’une part, quand je suis emportée par une histoire, je n’ai pas envie de m’arrêter pour donner des avis sur chacune de ses parties, je préfère émettre un jugement global. D’autre part, ce n’est pas un secret, ce site est surtout dédié à mes livres, enfin pour l’instant mon livre, le second étant toujours en écriture. À la vitesse où je le lis… si chaque roman avait son article, les nouvelles du mien serait très vite noyé dans la masse. Enfin, il arrive que je n’aie pas le choix. J’avais annoncé un second petit solitaire dans mon dossier à lire, le voici! Je viens tout juste de terminer Les Dragons de la cité rouge écrit par Erik Wietzel.

Synopsis

Il y a 14 ans, Alec Deraan a tout quitté, sans raison apparente, sans explication. Il était alors un officier prometteur, un héros de guerre et l’amant de la princesse héritière. Lors de ces dernières batailles, le roi avait trouvé la mort et, par peur de mourir ou par désir de remporter la victoire, Alec avait passé un pacte avec un démon, un succube. Dans la naïveté de son jeune âge, il avait pensé pouvoir le rompre plus tard. Ce n’était pas si simple. Depuis, Shen Sey le protège, et bien, mais en échange il ne peut se refuser à elle, ni avoir une liaison avec une femme plus d’un certain nombre de jour. Une fois le délai dépasser, Shen Sey tue son amante. Depuis, Alec s’est fait chasseur de prime et il partage sa solitude forcée avec un dragon. Lors d’un contrat, il se retrouve mêlé à une affaire qu’il aurait préféré éviter. Le prince hérité de Redfelt, fils de son amour perdu, a été enlevé. La rançon demandée est une épée qui retiendrait prisonnière l’âme de dragons qui auraient failli détruire Redfelt trois siècles plus tôt. Entre trahison et complot, ambition et pouvoir, il faut se battre pour éviter que surgisse un mal venu du passé et survivre au présent.

 

La description était prometteuse. L’extrait donnait envie. C’est bien écrit, à n’en pas douter, et il y a de l’action mais… Les Dragons de la cité rouge d’Erik Wietzel est une grosse déception. Peut-être pourrait-on dire que l’auteur nous fait survoler son histoire sur les ailes d’un dragon. L’ennui, c’est que vue de si haut, l’ensemble en devient superficiel. Je n’ai réussi pas à m’attacher à aucun des personnages. Il n’y avait pas d’émotion. Ils manquaient de profondeur. Tellement que parfois j’avais l’impression qu’ils étaient tous coulés dans le même moule. L’intrigue en général ne réserve guère de surprise. C’est dommage. J’étais heureuse de le commencer, mais encore plus de le finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *