La trilogie la Guerre de la Couronne

Depuis cet été, je me noie dans ma pile de livres à lire. Bon, d’accord… De un, il y a pire que moi, je sais. Et, de deux, ce n’est pas déplaisant comme noyade! Cela dit, peu à peu, je remonte à surface. J’achète moins de livres que je n’en lis. Un jour j’en sortirai! Et… je pourrai replonger dans le joli petit dossier où sont classés tous ceux qui me font envie. En attendant, je viens de terminer une autre série, La Guerre de la Couronne, écrite par Michael A. Stackpole. Je vous en parle!

Synopsis tome 1 : Forteresse Draconis

Pour Will, le monde se résume aux bas quartiers d’Yslin. Orphelin, né de père inconnu et d’une putain, c’est un petit voleur qui rêve de gloire! Un jour, l’on chantera sa légende, il sera le roi des Fondombres! Il montrera à Marcus, l’homme qui l’a recueilli, sa valeur et lui ne disparaîtra pas comme les autres garçons arrivés à un certain âge. Le vol qu’il s’apprête à faire l’y aidera. Il est certain que le vorkelfe détient un trésor et qu’il lui est destiné. Il n’a pas tort, d’une certaine manière. En volant cette feuille, ce soir-là, Will se retrouve mêlé à une guerre dont il ne savait pas grand-chose. Pour contrer la tyrannie de Chytrine, pour libérer Vorkellyn, le monde a besoin d’un héros, Le Norrington.

Synopsis tome 2 : La Furie des dragons

Ils le savaient. Les souverains des royaumes avaient été avisés une génération plus tôt que Chytrine reviendra, qu’elle avait promis que les enfants d’alors ne verraient pas leurs enfants grandir. Ils le savaient. Ils avaient été prévenus. Et au lieu de se préparer, ils avaient sacrifié le messager. Des chansons condamnaient Tarrant Hawkins pour sa traîtrise, d’autres louaient le courage de Corbeau de Kedyn. Un traître, un héros… Un seul et même homme calomnié. Après la chute de la forteresse Draconis, en compagnie de Will, d’Alexia, de Résolu et Kerrigan, il escorte les réfugiés vers l’Oriosa, son ancienne patrie. Dès qu’il franchit la frontière, il se fait arrêter. Si rien n’est fait, il sera mis à mort pour une injustice. Il faut le sortir de ce piège et protéger le fragment de la couronne qui leur a été confié. Durant ce temps, la guerre continue de faire rage.

Synopsis tome 3 : La Grande Croisade

Le Norrington était l’espoir. Il était l’élu, le sauveur. Il est mort. Son sacrifice n’aura pas été totalement vain. En sauvant la vie d’un dragon, il a gagné leur neutralité. Ça ne vaut pas une alliance, mais c’est mieux que de les avoir comme ennemis. Cet espoir est mort, mais la guerre continue. Les têtes couronnées ont beau vouloir se chamailler sans fin, les amis de Will restent fidèles à sa cause. Pour lui, pour leur vie et leur liberté, ils lèveront la plus grande des armées!

 

Dès le début, j’ai accroché. Un petit voleur rusé, malin, une prophétie, il était attachant, c’était intrigant. Puis là, j’ai pris une baffe. En lisant, je lui donnais 10 ans, 12 tout au plus. Il en a 15. Je ne sais pas, mais… pour survivre seul dans la rue, en volant, il faut s’endurcir. Ça aurait plutôt tendance à vieillir prématurément un pauvre gamin. Son immaturité devient vite lassante. À cela vient s’ajouter celle de Kerrigan. Dans le premier tome, ces deux-là n’évoluent pas vraiment et on se retrouve avec des scènes caricaturales. À ce stade de ma lecture, j’étais un peu déçue. J’arrive à la fin du premier tome et dans la biographie de l’auteur je vois qu’il avait d’abord été un concepteur de jeux vidéo. Là j’ai fait un grand AAAHHH et une lumière s’est allumée. La forteresse Draconis me fait penser à un MMORPG traduit en roman. Si vous y avez déjà joué, vous devez l’avoir remarqué, on veut tous un jeu avec une histoire riche et tout, et tout… et on passe notre temps à sauter les dialogues pour aller plus vite remplir les quêtes. Dans ce contexte, un personnage un peu atypique ou caricatural apporte une petite touche amusante. Dans un roman, ça passe un peu moins bien. J’ai abordé le tome 2 en gardant ce petit détail à l’esprit et ça m’a permis de mieux l’apprécier. Dans celui-là, j’ai surtout été frappé par le concept de l’antihéros. Will est le Norrington, LE héros, le centre de l’histoire… et il est bon à rien. Bon, j’exagère un peu, mais il a beaucoup de mal à surmonter la mentalité du voleur de bas étage. Heureusement que les autres personnages sont là pour nous dire combien il a pu changer et évoluer, je ne l’avais pas remarqué! Le pire… ou heureusement… quand il meurt, ça fait du bien! Le troisième tome est vraiment meilleur. Sans Will, les autres personnages prennent de l’ampleur et c’est bienvenu. Au final, je dirais que je reste mitigé par cette série. Mon état d’esprit aura varié tout du long et je n’aurai vraiment accroché qu’à partir de la seconde moitié du dernier tome. Ça fait un peu loin. Enfin, il n’est pas si mal non plus. Si vous avez envie d’un peu de magie, sous fond de complots, avec une grande guerre et une multitude de créatures étranges, peut-être apprécierez-vous la Guerre de la Couronne de Michael A. Stackpole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *