La trilogie: Les Elfes

Mon intérêt pour les intégrales n’est plus un secret. Alors, bien sûr, quand j’en vois de nouvelles, je jette un œil, on ne sait jamais. En lisant le résumé de « Les Elfes » de James Barclay, je vois ceci vers la fin : « Auum qui rejoindra un jour la bande des Ravens… » Une minute… Les Ravens… Ce n’est pas la série de livres suivante sur ma pile à lire? Ah oui, tiens! Bon d’accord… Regardons d’abord de quoi parle les Elfes. Comme vous l’aurez compris, je viens de finir de lire la trilogie et je vous en parle.

Synopsis tome 1 : Abandonné des dieux

Les Ynissuls, la lignée immortelle des elfes, régnaient autrefois sur les autres lignées. Puis vint la guerre des Sangs où toutes se sont entre-tuées. Au cœur du conflit c’est élevé un héros, Takaar. Il réussit à unifier le peuple elfe. Durant un millénaire, ce fut la paix. La loi de Takaar préservant l’harmonie. Au cours de cette période prospère, Takaar découvrit un passage vers une autre dimension. Une colonie y fut établie. Les elfes eurent deux patries. Et ce, jusqu’à l’arrivée des garonins. Dans leur monde d’origine, les elfes furent attaqués. Des combats violents dont ils ne sortirent pas victorieux. Contraints de s’exiler sur leur nouvelle terre, ils n’eurent pas le temps d’évacuer tout le monde. Lors de la dernière bataille, Takaar prit peur. Il s’enfuit. La porte entre les deux dimensions s’effondra sur son passage, protégeant les survivants, condamnant ceux rester derrière. Des centaines de milliers d’âmes furent sacrifiées. Dix ans plus tard, l’ancien héros déchu vit seul, reclus, rongé par la culpabilité, il a sombré dans la folie. Les anciens conflits refont surface. Une dénonciation de la loi de Takaar est sur le point d’avoir lieu. Des hauts dignitaires Ynissuls manigancent pour ramener l’ancien ordre, celui où ils détenaient le pouvoir. Pour les y aider, ils ont fait appel à des mercenaires humains. Ils ont amené la guerre sur leur terre, mais savent-ils vraiment à qui ou quoi ils ont ouvert la porte?

Synopsis tome 2 : La Révolte des TaiGethen

Depuis 150 ans, des elfes sont maintenus en esclavage, depuis l’invasion des humains. Les elfes encore libres ont fondé une cité, Katura qui, par manque d’espoir, a sombré dans la déchéance. Les TaiGethen ont pansé leurs blessures et se préparent et s’entraînent pour délivrer leurs frères prisonniers. De leur côté, les Silencieux, se faisant maintenant appeler les GriffesLiées, revenus à la nature et liés à une panthère, ont décidé de purger la forêt. Entre leurs actions et Takaar qui conduit sans le savoir, ou vouloir l’admettre, une armée ennemie aux portes de Katura, le conflit ne peut plus être retardé. Les TaiGethen se battront pour sauver ceux qu’ils ont juré de protéger.

Synopsis tome 3 : Les Brumes de Katura

700 ans après la libération des elfes, la magie elfique s’est développée. Takaar a fondé une école prospère, quoique un peu moins fréquenté en raison d’un échange avec un collège de magie humaine. Les TaiGethen ont appris à maîtriser cet autre état qui leur permet d’aller plus vite. Eux aussi ont prospéré. Encore une fois, la paix recouvrée va être menacée. Un homme, un mage, arrive avec un message. Le sorcier immortel qui avait asservi les elfes est de retour, avec ses 5 frères. Ils sont à la recherche d’un sort qui serait capable de tout détruire. Tôt ou tard, les elfes seront en danger. Les TaiGethen quittent leur chère forêt des pluies et se lancent de nouveau dans la bataille.

 

Avant tout, il y a une chose dont il faut tenir compte avec cette trilogie, une petite étiquette à lui apposer. C’est une préquelle, mais pouvant être lu indépendamment. Conservé cette idée en tête apporte une tout autre perspective à l’histoire. Ces temps-ci, j’ai un peu moins de temps pour la lecture, ou un peu trop d’activité à droite et gauche. C’est un fait, c’est une chose, et ça n’explique pas tout. Je me connais, quand je tombe sur un livre qui me passionne, je n’ai plus envie de rien à l’exception de me plonger dans l’histoire. Dans ce cas-ci, mon délai depuis ma critique vous en aura informés, ce n’a pas été le cas. Pourtant, la trilogie est très bonne. C’est bien écrit, le récit est intéressant… Mais voilà, j’ai l’impression que ça va à l’essentiel pour expliquer ce qu’on verra plus tard avec les Ravens. Dans Les Elfes, on va de complot en bataille. Pour ne pas dire que, quand ils ne sont pas en train de se battre, ils se dirigent vers une bataille. J’ai trouvé que l’auteur était passé à côté de pleins d’éléments secondaires qui auraient pu enrichir l’histoire. La fondation de Katura, comment les gangs se sont imposés, comment la ville a sombré, la déchéance de son gouverneur. Auum tombe amoureux et perd sa compagne et leur enfant à naître dans une bataille. C’est à peine mentionné, ça aurait mérité d’être plus approfondi. Bref, une bonne trilogie, qui ne manque pas d’action, mais qui si elle devait être prise uniquement pour elle-même, je dirais qu’il lui manque un truc. Par contre, en tant que préquelle, elle me donne très envie de voir quand et comment Auum et ses TaiGethen rejoindront les Ravens! D’ailleurs, je m’y mets tout de suite.

Une pensée sur “La trilogie: Les Elfes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *