Namathée, le cycle des Acmènes, première partie, de Florent Bainier

Namathée, le cycle des Acmènes, première partie, de Florent Bainier

Conséquence directe d’avoir plein de choses en tête, je n’ai pas réussi à toucher à ma pile de livres à lire perso depuis trois mois et j’ignore quand je trouverai le temps de la faire diminuer un peu. Je me consacre en priorité à mes engagements pour ne pas faire faux bond à ceux qui m’ont fait confiance. En remerciant d’ailleurs l’un de ces auteurs de cette confiance, je vous reviens donc avec le service presse que je viens de terminer, soit Namathée, le cycle des Acmènes, première partie, de Florent Bainier et je vous invite à découvrir de quoi ça parle!

Namathée, le cycle des Acmènes, première partie
Synopsis

Namathée n’a plus de roi depuis un an, depuis la mort de Moran. Depuis cette perte tragique, le peuple attend que chaque dieu envoie un signe à son grand prêtre respectif afin de désigner qui sera son successeur. Cette attente est longue et difficile en temps de paix, mais lorsque l’ennemi se prépare à vous envahir, elle pourrait se révéler fatale.

Arcan ne sait plus qui il est. Il ne se souvient plus de rien. Il ne devrait même plus être en vie. Si la grande prêtresse du dieu du temps n’avait pas fait ce rêve et ne lui avait pas envoyé du secours, il serait mort. Pourquoi cet étranger est-il si important? Grâce à ce qu’il est ou à ses dons, pourrait-il être le sauveur du peuple namathéen?

Mon avis

Pour vous dire ce que j’en ai pensé, je commencerai par la fin du livre. Et non, ce n’est pas pour vous dévoiler impunément comment cela se termine! Il se trouve qu’à la fin, il y a une petite biographie de l’auteur. Dans les grandes lignes, il y est dit que Florent Bainier est passionné d’archéologie et de voyages. Qu’il s’est principalement intéressé aux civilisations perse, grecque, égyptienne, scythe et inca, dont il s’est inspiré. Et que Namathée est son premier roman. Ironie du sort, sa biographie est un excellent résumé de la critique que je dois écrire! Mais voyons voir plus en détail.

Je vous l’ai peut-être déjà dit, ou pas, je suis une passionnée d’histoire également, sans être une experte loin de là. Me confier un livre avec/ou s’inspirant de contenus historiques est une lame à double tranchant. Je suis irrésistiblement attirée, mais si ça ne tient pas la route, je peux être particulièrement sévère. Auteurs qu’on se le dise, avant d’écrire sur un sujet, on fait des recherches! Ça ne s’improvise pas et l’imagination ne comble pas les failles de l’ignorance, point barre! Oh que j’ai l’air vilaine et méchante, prête à donner du fouet! Mais non! À vrai dire, sur ce point, Namathée, le cycle des Acmènes, première partie, de Florent Bainier est une réussite.

L’univers créé par l’auteur est bien ficelé. Les différents peuples avec leur culture, leur civilisation et leur antagonisme, sont cohérents et crédibles. On sent la recherche derrière pour leur donner vie et une existence qui tienne la route. Peut-être y aurait-il eu de petites erreurs s’il avait été question de civilisations passées réelles. Mais, de un, je n’aurais pas été assez calée pour les désigner avec une certitude absolue et, de deux, on s’en fiche! Après tout, en recréant un monde de toutes pièces, il a gommé ce problème. Bref, là-dessus, rien à redire. Beau travail. Excellent. Ce qui rend le contraste avec le gros point négatif du livre beaucoup flagrant.

Ce que j’ai à reprocher à Namathée, le cycle des Acmènes, première partie, de Florent Bainier on le retrouve souvent dans des livres qui ont été un peu bâclés par leur auteur. Cette fois-ci, ce n’est pas du tout le cas. La richesse de son univers le prouve. Alors j’ai réfléchi pour tenter de comprendre. J’avais une impression, un sentiment qui s’est affirmé avec la confirmation dans sa bio qu’il s’agissait de son premier livre. Peut-être que je me trompe complètement, mais selon moi, Florent Bainier manquait de confiance en lui, en sa capacité à livrer son message. De ce fait, il en faisait parfois trop et/ou de manière maladroite. « Ô mon roi, je sais qu’il y a un traitre pour nous aider à envahir Namathée, mais je ne connais pas tous les détails de l’accord, pourrais-tu me les dire? Mais bien sûr! Et je vais même te raconter toute l’histoire depuis le début comme si tu ne savais rien du tout. » Pardonnez mon ironie, je vous prie! Mais c’est vrai que les informations données dans ce passage auraient pu être distillé autrement dans la conversation ou sous-entendu, ou même ne pas être dit du tout. L’action aurait pu nous laisser deviner cette traitrise et le récit nous aurait appris si nous avions raison ou pas. Bon, je vous l’accorde, j’en fais peut-être un petit peu trop à mon tour. Mais cette scène en particulier, je l’avais trouvé malhabile, c’était une solution de facilité, et avec tout le travail qu’il y a dans ce livre, j’avais trouvé cela particulièrement dommage. Quand on montre, il n’est pas nécessaire de dire, et encore moins de répéter et d’expliquer. Une règle qui semble banale, mais qui n’est pas si évidente à mettre en application. Heureusement, l’expérience à tendance à l’inculquer, alors tout n’est pas perdu. Loin de là, car…

Passé ce méchant point négatif sur lequel j’ai tapé très fort, il ne faut pas oublier que Namathée, le cycle des Acmènes, première partie, de Florent Bainier est néanmoins très bien écrit. Sa plume est fluide et agréable à lire. Le vocabulaire utilisé est soutenu, sans être inaccessible, chaque terme est choisi avec soin. On voit qu’il ne prend pas ses lecteurs pour des idiots (ce qui rend encore plus contrastant ce que j’ai dit plus haut… c’est bon, j’arrête! J’arrête!), ce qui est agréable.

Quant aux personnages, si certains flirtent avec le stéréotype, ils n’y tombent jamais complètement. Pour la plupart, ils sont complexes, attachant et encore une fois crédibles. Quand on songe au nombre protagonistes impliqués, avec chacun leur culture, leur personnalité et leur motivation, c’est une réussite qui vaut la peine d’être soulignée.

En bref, Namathée, le cycle des Acmènes, première partie, de Florent Bainier nous entraîne dans une aventure historique, avec quelques failles, certes, mais très agréable à lire et qui me donne envie de découvrir la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *