L’héritière de l’Étoile, tome 3 : Le choix des éléments de Gaëlle Bonnefont

L’héritière de l’Étoile, tome 3 : Le choix des éléments de Gaëlle Bonnefont

Une fois n’est pas coutume, heureusement. J’ai terminé il y a 4 jours L’héritière de l’Étoile, tome 3 : Le choix des éléments de Gaëlle Bonnefont et je n’avais encore rien écrit à son sujet. Ça ne me ressemble pas. Habituellement, je rédige l’article quand l’histoire est encore fraîche à mon esprit et je ne lis rien d’autre avant de l’avoir fait pour mieux la garder en tête. Autrement dit, je n’ai rien lu depuis des jours!!! Mon dieu, vais-je survivre?! Excellente question dont la réponse viendra plus tard. En attendant, en remerciant une de fois de plus l’auteure de sa confiance, il est plus que temps que je vous parle de ce dernier tome de la trilogie!

L’héritière de l’Étoile, tome 3 : Le choix des éléments de Gaëlle Bonnefont
Synopsis

En apprenant comment les Brendhail avaient été créés, Elena a trouvé une nouvelle piste pour délivrer sa famille de sa malédiction. Le trône pourrait être la clé. Réussira-t-elle à retourner à Chroma, à résoudre les derniers mystères et à tout arranger?

Mon avis

Je vais commencer avec une phrase un peu bidon, mais qui n’en est pas moins vrai. Une fois publié, un livre n’appartient plus à son auteur, il revient au lecteur. La vision de l’auteur est passée par le filtre des perceptions des lecteurs et ce qui en ressort ne ressemble plus toujours à ce qui était prévu ou voulu.

Pourquoi je parle de ça? Pour me débarrasser du plus gros problème de ce livre et passer à quelque chose de plus réjouissant. Lorsqu’on arrive au 3e tome d’une trilogie, on a certaines attentes. Les personnages ont évolué, les mystères s’éclaircissent, l’intrigue s’accélère pour nous mener au dénouement. Ce à quoi je ne m’étais pas attendue, c’était que dans L’héritière de l’Étoile, tome 3 : Le choix des éléments de Gaëlle Bonnefont, l’héroïne, Elena, perde en maturité. Objectivement, ce n’est pas nécessairement le cas. Elle est courageuse, déterminée, etc… Sauf que, elle se noie dans une mer de questionnements, de doutes et d’introspection. Dans l’absolu, je n’ai rien contre cela. Toutefois, quand ça tourne en boucle et que ça donne l’impression qu’elle ne peut plus attacher ses chaussures sans aide, c’est problématique. En particulier dans un dernier tome où elle devrait démontrer davantage de force et d’indépendance. Et le pire, c’est qu’elle le fait! Si on prend un peu de recul, qu’on fait le ménage dans ce qui est ressenti pour regarder les faits, ça apporte un tout autre portrait. Hélas ce souci teinte également l’histoire. Lorsque j’ai fini le livre, sur le moment je me suis dit qu’il ne s’y était pas passé grand-chose. Puis, j’ai fait une pause, je suis revenue en arrière, et je me suis dit : « Mais non! Il y avait ça et ça et ça! » Je parvenais à voir ce que l’auteure avait voulu me transmettre par-delà mon filtre et c’était bien meilleur. J’aurais bien aimé prendre ce fameux filtre, le jeter aux poubelles et tout recommencer, malheureusement ce n’est pas possible, alors on va faire avec.

Pour éviter les malentendus ou les fausses idées après ce long paragraphe pas très positif, j’irai droit au but, L’héritière de l’Étoile, tome 3 : Le choix des éléments de Gaëlle Bonnefont est un bon livre et une agréable lecture, à l’instar du second tome. D’ailleurs, à ce propos, la fin du premier tome, Le poids du sang, était assez abrupte, au point que je m’étais demandé s’il ne m’en manquait pas un bout. Je m’étais attendue à ce qu’il en soit de même pour Le prix du savoir, ce n’était donc pas une surprise. Par contre, à la façon dont débute le tome 3, je n’avais pas l’impression de commencer un nouveau livre, mais plutôt un nouveau chapitre. Ce qui me laisse à penser qu’en fait cette trilogie est un seul et même gros livre qui a été séparé en morceaux. Les divisions tombent à des endroits logiques et cohérents, certes, toutefois ça ne change rien au fait qu’ils auraient peut-être eu à y gagner à rester unifiés.

Qu’est-ce que ça change? Rien. Si ce n’est qu’à partir du moment où mon hypothèse serait juste, ça expliquerait qu’il n’y ait pas grand-chose de nouveau à dire sur les personnages ou la plume de l’auteure. Les uns sont toujours aussi attachants et l’autre aussi prometteuse. Pour plus de détails, je vous invite à lire ou relire mes précédents articles, ce sera plus agréable que de me répéter.

Cela étant, je peux difficilement vous parler de l’histoire sans trop en dire. Ça devient compliqué cette critique. Je profiterai donc de ce dernier tome pour me pencher sur l’ensemble. L’héritière de l’Étoile de Gaëlle Bonnefont est une jolie fable qui nous parle de discrimination, ou des extrêmes auxquels des groupes peuvent arriver quand, ancrer dans leurs différences, ils s’attaquent les uns aux autres. Ou quand ils oublient leurs différends pour s’unir contre un seul. Il y a des horreurs, des combats, du sang versé, un peu d’actions quoi. Néanmoins, je trouve qu’il ressort du récit une certaine douceur et une retenue qui tente de nous montrer qu’en définitive, il faudrait bien peu pour réussir à trouver un équilibre et à s’entendre. Dans la réalité tout autant qu’en Oricle 😉

En conclusion, L’héritière de l’Étoile, tome 3 : Le choix des éléments de Gaëlle Bonnefont, pour ne pas dire la trilogie en général, est marquée du sceau d’un premier livre. Quelques corrections et un peu de travail en feraient une grande œuvre, mais je ne suis pas là pour ça. En l’état, c’est une bonne lecture, une histoire originale et divertissante, qui m’a fait passer un bon moment. Ce fut aussi la découverte d’une auteure très prometteuse, qui sait d’instinct affiné la psychologie de ses personnages et qui, si elle s’en donne la peine, saura écrire des merveilles. J’ai hâte de découvrir son prochain livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *