La Malédiction d’Athéna d’Alissa Brochard

Il y avait longtemps que j’y pensais. J’ai hésité. J’ai douté. Puis, finalement j’ai franchi le pas et je suis passée de l’autre côté du miroir! Alors que les services presse de mes livres sont offerts sur Simplement, j’y ai ouvert un autre compte à titre de chroniqueuse! Je remercie donc Alissa Brochard pour sa confiance. Elle est la première à m’avoir invitée à lire son livre. Je viens donc de terminer son roman : La Malédiction d’Athéna, et je vous en parle!

La Malédiction d’Athéna d’Alissa Brochard
Synopsis :

À son réveil, Morgane ne savait pas où elle était, elle ne savait plus qui elle était. Une amnésie dérangeante, car elle n’est peut-être pas en sécurité dans cet étrange château. Au cœur d’une prophétie, ou d’une malédiction, elle semble être la clé dans la guerre qui s’annonce et pourrait menacer la survie de l’humanité.

Mon avis :

La Malédiction d’Athéna d’Alissa Brochard est un récit d’aventure, rempli d’action, sous le thème de la mythologie, qui devrait plaire à de jeunes adolescents.

L’histoire commence avec le réveil de Morgane. Elle a tout oublié. L’amnésie peut avoir un petit côté intrigant. Elle ouvre la porte à diverses possibilités, de la découverte ou redécouverte d’un monde via des yeux neufs, aux intrigues et complots qui n’auraient pu avoir lieu si la personne avait été consciente de qui elle était. Hélas, ici, elle se teinte d’un petit détail agaçant. Elle ne se souvient de rien, mais elle a réponse à tout, sans qu’elle ne sache comment, cela va sans dire. Dans cette optique, je trouvais qu’elle ne servait à rien. Heureusement, elle ne dure pas longtemps. Bref, c’est un élément qui a été sous-exploité et c’est un peu ce que j’ai pu reprocher à ce livre à quelques reprises.

La mythologie grecque est vaste et riche. De Gaïa et Ouranos, aux Titans, puis aux dieux du Panthéon et aux demi-dieux en passant par la pléthore de créatures, il y a quoi s’y perdre! Et je crains que ce fût un peu le cas pour La Malédiction d’Athéna d’Alissa Brochard. Il y a tant de créatures et de dieux de mentionnés, que l’auteure ne fait que les survoler et qu’ils y perdent de leur intérêt personnel. Je crois que l’histoire aurait profité d’un nombre de personnages mythologiques plus réduit, mais davantage approfondi. Elle y aurait gagné une certaine richesse. Cela dit, ici il est bon de saluer l’effort de recherche qu’il y a derrière tout ça. Parce qu’il ne faut pas croire que parce que j’ai émis une opinion personnelle, l’auteure a fait n’importe quoi, loin de là!

Morgane est une jeune fille moderne, de 17 ans, née à notre époque. Mais lorsqu’elle se réveille, dépourvue de sa mémoire, elle a été propulsée dans le passé, dans la Grèce antique… en théorie… Bon, d’accord, ça n’a rien de théorique, ça fait partie du récit. Sauf qu’il y a de légers détails anachroniques ajoutés au fait que la population humaine n’est que très vaguement évoquée qui m’ont fait douter. En fait, je me suis demandé à un moment si je n’allais pas découvrir à la fin que tout ceci n’avait été qu’un rêve, d’où le côté un peu décalé… mais non. C’est aspect là aussi m’a laissé sur ma faim. Je ne me suis jamais sentie plongée dans cette antiquité où j’avais tant envie de m’immerger, mais j’ai eu plutôt l’impression de me retrouver sur une scène ou dans un monde inventé de toutes pièces et inspirés d’un passé réel.

J’ai commencé par dire que La Malédiction d’Athéna d’Alissa Brochard plairait à certains et ce n’est pas sans raison. Car, au cours de ma lecture, j’ai remisé mes attentes initiales, pris la mythologie et le passé davantage comme prétextes que comme fondements à l’histoire et je me suis concentrée sur le récit. Et j’ai bien fait, car vu ainsi, c’était pas mal du tout. Alissa Brochard écrit très bien. Elle a un réel talent et sait par ses mots et sa créativité nous emporter dans son imaginaire. Et là, je suis sincère. Malgré les points négatifs que j’ai soulignés, je n’ai pas terminé ma lecture contrainte et forcée, au contraire. Je me suis amusée et j’y ai tout de même pris beaucoup de plaisir.

En conclusion, La Malédiction d’Athéna est le premier livre Alissa Brochard. Ce que j’en retiens, c’est la découverte d’une auteure d’un grand potentiel qui pourrait nous surprendre à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *