Le portail des mondes, tome 1, d’Audrey C.

Le portail des mondes, tome 1, d’Audrey C.

Le 1er mars, nous apprenions ce que plusieurs craignaient. En raison de l’épidémie de Coronavirus, le Salon du livre de Paris est annulé. C’est une triste nouvelle qui a dû l’être d’autant plus pour Audrey C. qui devait y être présente pour la première fois à titre d’auteure. C’est vraiment dommage. En service presse, et je remercie l’auteure de sa confiance, je viens de terminer le premier tome de sa trilogie : Le portail des mondes. Cela ne la consolera certainement de devoir manquer ce grand événement, mais je vous en parle!

Le portail des mondes, tome 1, d’Audrey C.
Synopsis :

En 2023, la Terre apprenait l’existence d’autres mondes accessibles via un portail. Après une période de troubles et de violences due à cette découverte, un traité de paix avait été signé. C’est dans le cadre de cette paix relative qu’environ 20 ans plus tard, Cassie, une militaire, escorte un groupe d’élèves, comprenant sa jeune sœur Amy, dans un voyage éducatif pour découvrir ces mondes merveilleux. Si leur séjour à Mörkera est aussi étrange que l’est leur monde, celui à Fiore et Coedena se révèle à leur hauteur de leurs attentes. Somme toute, cette expédition d’un mois s’était très bien passée. Mais le retour est brutal. La terre a été attaquée par les mörkeriens. Leurs parents sont morts. La ville est en ruine. Et comme si ça ne suffisait pas, après un an à fuir et à se cacher, Amy se fait enlever. Le seul indice de Cassie pour la retrouver : une mèche de cheveux noire tressée.

Mon avis :

Dans la première partie du livre, nous découvrons les 3 autres mondes. De Mörkera on n’apprend pas grand-chose, peut-être parce qu’il n’y a pas grand-chose à savoir. C’est une planète au soleil mourant, remplit de sable, de roches, avec comme habitants des cyclopes fait de pierre. Fiore ressemble à un gros cliché du monde des fées. Et enfin Coedena semble être fortement inspiré du film Avatar. Suis-je un peu dur? Ben en fait, pas vraiment. En partie parce que c’est secondaire et d’autre part parce qu’il peut être amusant de comparer des éléments avec des choses connues, en particulier quand on se laisse prendre par l’intrigue.

Et c’était le cas. Audrey C. a une plume très agréable à lire, fluide et addictive. Elle arrive très bien à nous décrire ses mondes, à nous faire ressentir l’atmosphère particulière de chacun. Bon, d’accord, peut-être que j’avais perçu un peu plus d’originalité dans ces dits monde, le portail des mondes tome 1 aurait-il été pour moi un coup de cœur plutôt qu’un très bon livre. Mais là, on chipote un peu sur les détails et ça ne retire rien à la qualité de l’écriture de l’auteure.

Les personnages sont attachants, complexes, avec des personnalités riches et diverses. Ce qui n’était pas gagné d’avance, vu que d’un premier abord, on aurait pu les croire issus de stéréotypes. Cassie est la militaire si solitaire et toujours en maîtrise d’elle-même qu’elle s’est méritée le surnom de icegirl. Amy est l’adolescente frivole. Mike, le collègue de Cassie est le dur à cuire de service. Les fées sont toujours gentilles. Etc… Etc… Dis comme ça, ce n’est pas très encourageant, mais ce n’est que la surface. En fait, pour être honnête, c’est la première fois que je vois quelqu’un utilisé des stéréotypes avec autant de succès. Parce que oui, s’ils en sont, une fois qu’on gratte un peu, on découvre qu’ils ne sont pas que ça. En suivant Cassie, on comprend ce qui l’a forgé ainsi, ses sentiments et ses doutes. Amy fait preuve de profondeur. Le masque de Mike se craquelle. Bref… vous m’aurez compris. En approfondissant ses personnages, Audrey C. a su en faire des êtres uniques qui valent la peine d’être connu.

En conclusion, Le portail des mondes, tome 1, d’Audrey C. est un livre qu’il faut savourer en profitant de chaque instant. Ce n’est pas toujours facile lorsque l’on sait que le grand bouleversement se produira au retour et qu’on a hâte de découvrir comment et pourquoi, mais c’est un voyage qui en vaut la peine. Une fois tombée dedans, je n’ai pas réussi à le lâcher avant de l’avoir terminé. Alliant originalité et les inspirations de l’auteure, c’est une œuvre à découvrir que je vous recommande.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *