De vase et d’écailles d’Alizée Villemin

De vase et d'écailles d’Alizée Villemin

Je suis une lectrice compulsive. Je le sais et je l’assume! Depuis le premier jour où j’ai tenu un livre entre mes mains, j’ai lu un peu de tout. De la littérature jeunesse, française, anglaise, classique, d’Emily Brontë à Alexandre Dumas, de Shakespeare à Molière, en passant par l’Iliade en version originale sur une page, traduite en français sur l’autre. Des thrillers, des romans policiers, des romances à l’eau de rose ou historique, de la fantasy, du fantastique ou de la science-fiction. Bien qu’avec le temps je me sois trouvé un genre de prédilection, j’ai un éventail très large et dans chaque style j’avais su trouver des œuvres qui me plaisaient. Bon, peut-être pas l’Iliade, c’est assez pénible comme truc. Mais dans tout cela, il y a une chose que je n’aime pas, que je n’ai jamais réussi à apprécier. Ce sont les nouvelles. Soit elles sont superficielles et j’ai un sentiment de futilité. Soit, elles sont excellentes, je m’y plonge et je suis frustrée parce qu’aussi vite je rentre dans l’histoire, aussi vite elle est finie. Ce n’est pas assez, je n’aime pas. Je suis adepte des grosses briques, na! C’est pourquoi, jusqu’à aujourd’hui, j’avais refusé tous les services presse concernant des nouvelles. Avec moi, l’argument c’est juste un petit texte qui se lit vite est contre-productif. Je préférais les laisser à des personnes qui sauraient les apprécier. Toutefois, dans toutes règles il y a des exceptions. Quand c’est le prologue ou le bonus d’un roman plus conséquent, j’ai l’impression de manquer quelque chose en ne le lisant pas. Dilemme, dilemme…

Après cette longue entrée en matière, vous l’aurez peut-être compris, de manière tout à fait exceptionnelle, je me suis laissée tenter par une nouvelle. Je viens de terminer De vase et d’écailles d’Alizée Villemin. Il s’agit du prologue aux aventures des Fils du Corbeau devant sortir sous peu. En attendant de découvrir ce roman, je remercie son auteure de sa confiance et je vous parle de cet avant-goût!

De vase et d'écailles d’Alizée Villemin
Synopsis :

Dans les marais d’Unyar, deux mercenaires errent dans la vase en quête d’un trésor perdu. Ou serait-ce « maudit » ? Mais en quoi ce trésor serait-il donc « maudit » ?

Mon avis :

Hé bien, je suis frustrée! De vase et d’écailles d’Alizée Villemin est une petite aventure remplit d’humour et de dérision très amusante à lire. Les personnages sont attachants et drôles. Les deux frères prêtres-guerriers sont deux imbéciles très crédibles qui nous font rire sans tomber dans la bouffonnerie.

La plume est fluide et addictive. Si cela promet pour la suite, et bien je regrette d’avoir lu cette nouvelle parce que le roman n’est pas encore sorti! La poisse! Hélas, je ne peux guère en dire davantage, de crainte de trop en dire, le problème des histoires très courtes. Si j’entre dans les détails, je risque de gâcher votre plaisir à la découvrir.

À noter que cette nouvelle a été écrite en se basant sur un petit défi. Chaque chapitre devait correspondre à un thème. Le tout devant former une histoire cohérente. Une petite prouesse intéressante à découvrir. Ou pas… Ça reste une fichue nouvelle qui nous aguiche et se termine. Mais où est donc la suite?! Allez donc vite la lire, que je ne sois pas la seule à ronger mon frein!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *