Legendion, tome 3 : Les larmes de Sitaël de Remi Bomont

Legendion, tome 3 : Les larmes de Sitaël de Remi Bomont

Je vous ai manqué? Considérant la date de mon dernier article, je pourrais presque poser la question! Il faut dire que j’ai moins le temps pour lire ces temps-ci. De plus, lorsque Remi Bomont, que je remercie d’ailleurs de me faire de nouveau confiance, m’a invité à lire Legendion, tome 3 : Les larmes de Sitaël dans le cadre d’un service presse, égale à moi-même… J’ai commencé par relire les deux premiers tomes. On ne me changera pas! Bref, je suis toujours là et je viens vous parler de ce 3e tome.

Legendion, tome 3 : Les larmes de Sitaël de Remi Bomont
Synopsis

Après la chute de Saint-Reheal, les survivants sont conduits en sécurité tandis que le vaisseau volant royal reprend la route vers la capitale avec à son bord les invités de la princesse Lerena. L’heure est venue d’essayer de comprendre ce qui est passé. De se souvenir d’un passé oublié. De trouver des réponses… Alors que de nouvelles questions se posent. Les intentions de la Reine Écarlate pourraient s’avérer pires que tout ce qu’ils avaient pu imaginer.

Mon avis

Dans le schéma classique d’une série, on remarque souvent que le second tome est transitoire. Mais késékaraconte! Les larmes de Sitaël de Remi Bomont est le tome 3 de Legendion! C’est vrai. Sauf que, si vous avez lu ma critique sur le tome 2, et je persiste et je signe, à mon avis Le Cercle de Seheiah et Les Feus Rehaens ne prennent vraiment de sens que si on les considère comme les deux parties d’un seul et même livre. À partir de cet a priori, avec cette entrée en matière, je ne suis plus totalement hors sujet. D’accord, mais en quoi est-ce important?

Parce que, on ne se le cachera pas, c’est souvent le tome le moins intéressant d’une série. Les bases de l’univers sont posées et ont nourri la curiosité du lecteur face à la nouveauté, mais il reste encore des informations à donner avant de se lancer à corps perdu dans l’action. Ce peut être délicat et si l’auteur n’arrive pas à trouver un bon équilibre… un peu ennuyant. Est-ce le cas avec Les larmes de Sitaël? Heureusement pour moi, pas du tout! Remi Bomont aura su relever le défi.

Je vais vous faire une petite confession. Dans les deux premiers tomes, l’urgence était tellement mise sur la mort prochaine d’Eloran, au milieu des prémices de la guerre, il va s’en dire, que je m’étais mis en tête qu’il devrait l’affronter l’Echo suivant, ce qui était mon erreur. J’avais fini par négliger un léger détail du début. Donc, j’ai entamé Les larmes de Sitaël très curieuse de voir comment il allait s’en sortir… Et ce n’était pas vraiment d’actualité. En fait, puisqu’Eloran a retrouvé sa famille d’adoption et qu’il a fini par accepter son sort, il ne semble plus y avoir du tout d’urgence. Même si la réaction de ses proches nous apprend que ça n’en restera pas là. Cette question demeure en suspens, avec un début de piste à explorer à l’avenir, et, pour l’heure, cela laisse la place pour autre chose.

Une personne est la somme de sa personnalité, de son éducation, de ses expériences et des souvenirs qu’il en a. C’est une réalité concrète qui est très bien exploitée dans ce livre. Je dirais même que c’est le principal thème des larmes de Sitaël. Ohen avait raison. Le roi avait oublié un grand pan de son passé. Peu à peu, il se souvient. Ce qui est à la fois génial et dommage.

Cet oubli a affecté ses émotions, ses perceptions. Il se redécouvre lui-même et au travers de ses souvenirs, nous découvrons que la guerre commencée à Saint-Reheal se prépare en fait depuis très longtemps. Ce retour en arrière complexifie l’intrigue et enrichi l’histoire. En cela, il était essentiel, et très intéressant à lire. C’est une constante dans cette série. Même quand certains événements semblaient trop faciles ou presque tirés par les cheveux, je n’avais pas envie de les remettre en question. Je sentais qu’il y avait une raison, que je ne la connaissais pas encore tout simplement. Je sentais que cet univers dans son intégralité avait été bien pensé et réfléchi. Et ce voyage dans la mémoire du roi en était la preuve.

Le hic… L’intrigue principale est confinée au vaisseau. Objectivement, il y a beaucoup de discussion, de mise au point, mais il ne se passe pas grand-chose. Presque l’intégralité de l’action se déroule au cours de ses flash-back. De prime abord, j’étais plus intéressée à découvrir la suite des évènements au « présent », mais le plus attrayant était dans le passé. Et nous passions de l’un à l’autre. Ce qui donnait un rythme plus saccadé auquel j’ai eu un peu plus de mal à accrocher. Peut-être aura-t-il mieux valu retourner carrément dans le passé le temps de raconter les aventures du roi et du père d’Eloran avant de revenir dans le présent. Mais dans ce cas, toute l’action aurait été d’un côté et la psychologie de l’autre. Ce n’aurait pas été très équilibré. En d’autres termes, il n’y a pas vraiment de solution, si ce n’est se fier au choix de l’auteur qui en définitive n’est pas si mal.

En vérité, ce ne sont que des détails. De sa plume très poétique, Remi Bomont avec Les larmes de Sitaël a su nous plonger de nouveau dans son univers et nous en faire découvrir une autre part de sa richesse. Et c’est loin d’être terminé, la chute des anges et la fin, que je ne dévoilerai pas, sont porteurs de promesses de rebondissements et de surprises à venir.

En résumé, Legendion, tome 3 : Les larmes de Sitaël de Remi Bomont est un livre transitoire dans ce qui se promet d’être une grande série. Il ne faut pas le prendre de manière péjorative, loin de là. Les informations qu’il apporte sont nécessaires à la richesse de l’histoire. Et cela est et demeure une lecture au cours de laquelle on ne s’ennuie pas une seule minute. Il ne reste plus qu’à attendre la suite avec impatience pour découvrir où cela nous mènera!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *