Pax Deorum – Livre 1 : Il était une fois Rome… de Cédric Plouvier

Pax Deorum – Livre 1 : Il était une fois Rome… de Cédric Plouvier

Après une courte escapade dans ma pile de livres à lire, je reviens avec un service presse. Cette fois-ci, il s’agit de Pax Deorum – Livre 1 : Il était une fois Rome… de Cédric Plouvier. En le remerciant de sa confiance, je vais reprendre la description officielle pour commencer à en parler, car j’aurais dit la même chose en des termes à peine différents!

Pax Deorum – Livre 1 : Il était une fois Rome… de Cédric Plouvier
Synopsis :

Début du IVe siècle avant J-C. Rome est en passe de dominer complètement le Latium, une région fertile du centre de l’Italie. Puissante, la ville bouillonne pourtant intérieurement. Les intrigues familiales et politiques au Sénat et dans les grandes maisons, les querelles d’ego, ainsi que les affaires sales dans les quartiers populaires aux mains des bandits, sont le lot quotidien de la Ville. Celle-ci est également confrontée aux menaces croissantes des peuples voisins, notamment étrusques, l’obligeant à mener des guerres continuelles. C’est ainsi que depuis plusieurs années Rome assiège la cité de Véies qu’elle ne parvient toujours pas à soumettre. A tout cela s’ajoutent d’étranges évènements qui se multiplient jusque dans les campagnes environnantes. Des phénomènes que personne ne parvient à interpréter et qui poussent les Romains à s’interroger sur leur destin. Est-ce un signe des dieux ? Ont-ils eut tort d’entreprendre leurs guerres ? De quelle nature est la menace qui pèse sur Rome ?

Mon avis :

Je ne ferai pas durer le suspense, je n’ai pas accroché. Un peu dur comme entrée en matière, je le reconnais et vous prierais de ne pas vous arrêter à ça. Le pourquoi du comment est plus complexe et n’est pas que négatif, loin de là. Laissez-moi vous expliquer.

Pax Deorum – Livre 1 : Il était une fois Rome… de Cédric Plouvier est une véritable plongée dans la Rome antique. L’auteur nous pose un décor criant de vérité. Moi qui suis intransigeante avec ceux se targuant d’écrire dans un contexte historique sans d’abord se documenter, cette fois je suis servie! Sur ce point, rien à dire! Mais, il y a un hic, vous devez bien vous en douter, sinon je n’aurais pas débuté de si méchante manière. Professeur, j’ai toujours été très attirée par l’Histoire et je crois qu’une discussion sur la Rome de cette époque avec vous pourrait être passionnante. Cependant, je n’ouvre pas un livre à vocation de me divertir dans le même état d’esprit qu’un autre pour apprendre, hélas. Par moments, j’avais l’impression qu’on me donnait un cours. Un passage qui me dit que telle chose va devenir telle autre, dans l’absolue, c’est très intéressant. Du point de vue des connaissances générales, c’est enrichissant. Mais, pour entrer dans le « présent » du récit, pour m’y immerger ça n’aidait pas. Ça créait un décalage et amplifiait cette impression qu’on ne faisait pas que me poser un décor, on m’enseignait.

Je vais être honnête, en ce moment je trouve ma place beaucoup plus confortable que celle de l’auteur. C’est facile de critiquer. Tellement que cette phrase a notion péjorative. Et même si elle a un fond de vérité et que je suis là pour cela, critiquer, de manière objective autant que possible, je me dois d’admettre que je ne suis vraiment pas certaine que j’aurais su faire mieux que Cédric Plouvier. Je ne parle pas ici d’une énorme erreur, mais d’une nuance, de petits détails, d’un équilibre fragile entre le réalisme et la vulgarisation pour que le lecteur arrive à concevoir ce que l’on tente de lui dépeindre. Même si ça n’a pas fonctionné avec moi, je me dois tout de même de lui lever mon chapeau parce qu’il a fait un travail incroyable.

Son projet en tant que tel est colossal. Pax Deorum – Livre 1 : Il était une fois Rome… est le premier tome d’une saga qui s’annonce très riche et complexe. Les enjeux sont multiples, les dynamiques familiales, ces mêmes familles qui luttent pour leur gloire au sein d’une Rome conquérante, un siège qui stagne, des messages des dieux. Prometteur n’est-ce pas? Et là, arrive le petit hic… Dans une telle saga, il est normal de poser les bases, de nous présenter les personnages, d’établir les situations. En soi, ça ne me dérange pas du tout. Au contraire, je préfère cela. Le souci se trouve un peu plus haut. À cause de ce que j’ai déjà dit sur le côté historique, cette partie nécessaire à toute grande saga qui ne m’aurait pas dérangée du tout dans une autre circonstance me paraissait lourde. Et je sais objectivement que ça vient de moi, d’une perception que j’ai eu à cause de la combinaison de certains éléments, incluant les personnages.

Quoi? Je trouve encore à redire? Oui… et non. Les personnages dans Pax Deorum – Livre 1 : Il était une fois Rome… de Cédric Plouvier sont bien pensés, bien conçu. Leur personnalité propre et la psychologie fine qui les anime tendraient à enrichir le récit. Toutefois, l’auteur lui-même nous fait un petit avertissement au début du livre. Ça manquait un peu de prénom à l’époque. Donc, on rembobine, on reprend tout ce que j’ai dit et on y ajoute une légère confusion pour reconnaître qui est qui. Ah, on s’y retrouve! L’auteur fait ce qu’il faut pour cela. J’ai dit, hein, qu’avec un boulot pareil, je préfère ma place à la sienne? Mais, quand on a du mal à accrocher et qu’on tombe sur deux personnes avec des noms très similaires, il faut prendre une minute pour se rappeler de qui il s’agit.

En ce qui concerne sa plume… vais-je encore me plaindre? Nan! À l’exception d’un léger tic, elle est agréable à lire. Sur ce point, il n’y a pas tellement plus à dire.

En résumé, Pax Deorum – Livre 1 : Il était une fois Rome… de Cédric Plouvier est davantage que le prélude à une grande saga. C’est une découverte de ce que fut la Rome antique. Si cette époque vous attire, venez découvrir si avec vous la magie opérera.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *