La Guerre des ténèbres de Raymond E. Feist

La Guerre des ténèbres de Raymond E. Feist

J’ai réussi un exploit! Je sais… On ne le dirait pas comme ça… Et j’exagère peut-être un tantinet… À peine… Mékéçékaraconte! À force de me donner des délais entre deux sp, de repousser un peu ceci pour terminer cela en avance, j’ai réussi pour la première fois depuis le mois de septembre à lire quelque chose tiré de ma pile de livre à lire! Un exploit vous dis-je! Plus sérieusement, j’ai poursuivi mon énorme intégral d’intégrales de Raymond E. Feist avec la trilogie La Guerre des ténèbres. L’air de rien, ça maintenant un an que j’ai commencé cette énorme compilation. Si je ne lisais pas des sp entre chaque série, ma lenteur me désespérerait. Bref, avant de vous en parler, avec un brin de paresse puisque je vais copier les présentations officielles plutôt que d’en rédiger de ma plume, je vous invite à lire, si vous ne l’avez pas encore fait, le résumé des épisodes précédents. Soit, mes avis sur : La Guerre de la Faille, La Trilogie de l’Empire, Le Legs de la Faille, La Guerre des Serpents et Le Conclave des Ombres.

La Guerre des ténèbres, tome 1: Les Faucons de la Nuit
Synopsis, tome 1 : Les Faucons de la Nuit

Le conclave des Ombres doit faire face à de nouveaux défis : retrouver et anéantir Leso Varen, le magicien diabolique, et désactiver une armée de sinistres guerriers magiques cachés dans une grotte sur Midkemia. Car ces guerriers, les Talnoys, brillent comme un phare pour une immense armée d’envahisseurs étrangers, une force si redoutable que même la puissance combinée de Midkemia et de l’Empire tsurani pourrait sombrer devant sa fureur. Pendant ce temps, trois autres agents du Conclave, Kaspar, Serwir et Caleb, s’aventurent au coeur de l’empire de Kesh la Grande pouf neutraliser la menace qui pèse sur le gouvernement impérial. Ur complot qui implique jusqu’aux nobles les plus haut placés, y compris les membres de la famille impériale elle-même ! Des profondeurs du monde criminel jusqu’aux plus hautes cimes du pouvoir, le Conclave affronte les agents de la plus noire des magies. pour sauver deux mondes…

La Guerre des ténèbres, tome 2: La Dimension des ombres
Synopsis, tome 2 : La Dimension des ombres

Le chaos menace de submerger deux mondes : Midkemia et Kelewan. Alors que Leso Varen, le magicien diabolique, a volé le corps de l’un des hommes les plus puissants de Kelewan, Pug tente de démasquer le sorcier sous sa nouvelle apparence. Au milieu d’une ville pleine de Robes Noires, Pug n’a que peu de temps pour éviter la destruction de l’unique allié de Midkemia. De son côté, son fils Magnus prépare une expédition désespérée au sein de l’immense empire malveillant qui menace son monde natal. Il espère trouver le moyen de le vaincre… et d’en revenir. La Guerre des Ténèbres a commencé, et trois mondes sont suspendus au bord du gouffre…

La Guerre des ténèbres, tome 3: La folie du dieu noir
Synopsis, tome 3 : La folie du dieu noir

La guerre des Ténèbres ravage les mondes de Kelewan et de Midkemia c’est une ère propice aux héros, aux épreuves et à la destruction. Depuis leur dangereuse mission dans le monde de l’énigmatique peuple dasati, Magnus, Pug et les autres membres du Conclave doivent désormais trouver le moyen d’utiliser leurs découvertes pour sauver l’humanité des machinations du maléfique sorcier Leso Varen et de la folie du dieu noir qu’il a réveillé…

Mon avis

La plus grande difficulté que j’ai avec cette critique est de ne pas radoter. Après tout, la Guerre des ténèbres est ma 6e excursion dans l’univers de Raymond E. Feist et force m’est de constater qu’il est plutôt constant en ce qui concerne la qualité de ses intrigues, ses personnages ou sa plume. Il n’y a rien que je ne pourrais dire à ce sujet que je n’ai pas déjà dit dans mes articles précédents. Comme je n’ai pas pour vocation de rabâcher inlassablement, je dois donc trouver ce qui la distingue des autres.

Il y a une question que je me pose. Quand Raymond E. Feist a terminé le premier livre de La Guerre de la Faille, savait-il où en serait rendue son histoire dans La Guerre des ténèbres? L’avait-il orienté volontairement dans cette direction? Le récit s’est-il enrichi de lui-même au fil des tomes? Ou a-t-il simplement tenté d’étirer la sauce au maximum parce que son univers était un succès? Si la 3e réponse est la bonne, il faut lui reconnaître un certain talent. Car, ladite sauce n’a pas perdu de sa richesse. Tout cela pour dire qu’à chaque fois qu’on pense avoir trouvé la clé du mystère, on découvre qu’il y a autre chose derrière. Les révélations contenues dans cette trilogie viennent remettre en question l’entièreté de ce que l’on croyait savoir jusqu’à maintenant. Ce n’est même pas qu’on navigue dans une mer de mensonges. C’est plutôt des couches et des couches de complots et de manipulations et quand on pense enfin avoir saisi la vérité, l’illusion se dissipe pour montrer qu’il y a plus. Ça semble sans fin! Bon, sans vouloir gâcher la surprise, il ne reste que deux séries avant que je tombe dans les petits ajouts, donc… Il y aura bien une fin, mais vous m’avez compris.

Le temps a passé vite. Le dernier représentant d’une génération qu’on avait vu grandir est sur le déclin. Encore une qui disparaît alors qu’une énième vient prendre sa place. Dans ce récit à longue haleine, il est vrai que s’attacher aux personnages est particulier. À l’exception des elfes et d’une petite poignée, dont Pug, Miranda et Tomas, la vieillesse les fauche d’une série à l’autre et il faut constamment tout reprendre à zéro, ou presque. Dans ce contexte, il est plaisant de voir des petites anecdotes sur telle ou telle personne ou des évènements passés. Ça apporte un petit plus enrichissant en plus d’aider à lier l’ensemble. D’ailleurs à ce propos…

Vous vous souvenez peut-être que ma série préférée avait été, et est toujours, la seconde, La Trilogie de l’Empire. C’était aussi celle qui faisait office d’exception décevante. Par la suite, on n’en parlait pas. Elle était très peu ou pas évoquée dans les séries suivantes. Pour sa défense, il faut aussi préciser qu’elle en chevauche deux autres, mais bon. Pourtant, elle introduisait un empereur tsurani avec un père originaire de Midkemia! Outre ce que l’on savait déjà, cela pouvait apporter d’énorme changement sur Kelewan et dans les relations entre les deux mondes. Hélas, Mara des Acoma semblait être tombée dans l’oubli. Je suis heureuse, ce que j’attendais depuis si longtemps est enfin arrivé! Dans La Guerre des ténèbres, nous voyons enfin les conséquences des changements induits par la maîtresse de l’empire! J’ai beaucoup aimé découvrir l’évolution de ce peuple qui foncièrement reste le même et ce, même s’il n’est pas au bout de ses peines.

Bref, juste au cas où on en aurait douté, avec La Guerre des ténèbres, Raymond E. Feist nous prouve qu’il a encore une ou deux surprises dans son sac. C’était une excellente lecture qui me donne juste envie de découvrir ce qui m’est encore caché. À suivre… Au prochain trou entre deux sp!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *