Donne-moi ta main, prends la mienne de Fanny Vandermeersch

Donne-moi ta main, prends la mienne de Fanny Vandermeersch

Le confinement se joue de notre emploi du temps. Étrangement, moi, j’en ai trouvé beaucoup moins pour lire. Afin de respecter mes engagements, sans craindre de contretemps malencontreux, j’ai priorisé mes services presse. Mission accomplie! Et en avance, svp! Avant de me replonger dans mon énorme intégral délaissé depuis un moment, je vais donc vous parler de ma dernière lecture, Donne-moi ta main, prends la mienne de Fanny Vandermeersch, en remerciant l’auteure de sa confiance.

Donne-moi ta main, prends la mienne de Fanny Vandermeersch
Synopsis

Isabelle travaille le matin dans une clinique vétérinaire et l’après-midi, elle fait de la médiation animale… Ou plutôt, elle faisait. Depuis un certain jour, elle était en pause de cette partie de sa carrière. Elle s’apprête à reprendre ses activités. Non plus à l’hôpital avec des enfants, mais directement à l’écurie avec un adulte. De Loen, elle ne sait rien. Si ce n’est qu’il semble vraiment avoir besoin de son aide. À part cela, un vieux cauchemar récurent est de retour et l’empêche de dormir la nuit. Que dissimule-t-il? Comment s’en débarrasser?

Quand deux destins se croisent et que deux mains se tendent…

Mon avis

Donne-moi ta main, prends la mienne de Fanny Vandermeersch est un roman tout en douceur et en tendresse. En abordant des thèmes comme la maladie infantile, la mort, la prison, on pourrait s’attendre à quelque chose de dur, de cru, d’un peu brutal, mais ce n’est pas le cas. Certes, la mort d’un enfant est toujours tragique. Toutefois, s’il meurt dans tes bras après une longue maladie, elle était hélas prévisible. Ce serait autrement plus dramatique si, par exemple, pour avoir voulu trop te hâter, tu trébuches, l’échappes et le laisser tomber dans l’escalier où il se rompt le cou! Bon, là je vois d’ici les réflexions : « mais qu’est-ce qui lui prends d’inventer des horreurs pareilles?! » J’y viens!

L’intrigue de Donne-moi ta main, prends la mienne est principalement basée sur 2 points. Le silence et les secrets, ce qui pour moi revient au même, et la culpabilité. Les deux personnages principaux en ressentent énormément pour des choses dont ils ne sont pas forcément responsables. Et comme avant d’apprendre le fin mot de l’histoire, ça tourne longuement en rond à en faire tout un plat, c’est presque décevant d’apprendre que c’était « pour si peu ». D’un autre côté, il faut l’admettre, c’est très réaliste. Chaque personne a son seuil de tolérance. Chaque personne va être touchée de manière très différente par un évènement. Les personnages sont cohérents, crédibles et attachants. Si, en tant que lectrice dissimulée derrière les pages bien à l’abri, un peu plus de drama pour épicer l’histoire aurait été bien venu, elle n’est pas ennuyante pour autant. C’est une agréable balade dans le quotidien de 2 jeunes gens qui sont très bien trouvés.

Par contre l’omerta… C’est quelque chose qui peut m’agacer un peu. Je finis toujours par me dire : « non mais c’est quoi cette manie de se causer des problèmes en se taisant?! Vous ne pourriez pas vous parler?! » La nature humaine étant ce qu’elle est, je le reconnais, c’est parfois incontournable. Mais si ça prend trop de place, j’aime moins. Ce qui est totalement subjectif, comme le sont toutes les critiques d’ailleurs.

En ce qui concerne l’écriture, Fanny Vandermeersch a une plume agréable à lire quoique un peu inégale par endroits. Si cela avait été son premier roman, j’aurais dit qu’elle était très prometteuse. Puisque ce n’est pas le cas, j’opterai davantage pour un grand potentiel qui reste à exploiter. Je suis curieuse de voir comment ça évoluera.

En résumé, Donne-moi ta main, prends la mienne de Fanny Vandermeersch, bien qu’abordant des thèmes difficiles, est un roman léger et agréable à lire, sans prise de tête. Si vous avez envie d’une romance un peu différente, il pourrait très bien vous intéresser.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *