Gaby et Méphisto de Selma Bodwinger

Gaby et Méphisto de Selma Bodwinger

À la lecture d’une 4e de couverture, on se fait une petite idée d’un livre, c’est un peu le but vous me direz, voire des attentes. Sans aller jusqu’à ce dernier point qui peut s’avérer problématique, il arrive parfois que notre imagination nous joue des tours et que ce qu’on lit n’est pas ce à quoi on se serait attendu. Qu’avais-je pensé en lisant le résumé de Gaby et Méphisto de Selma Bodwinger? Vous aimeriez bien le savoir, hein! À défaut de vous le dire, je vais vous parler de ce livre que je viens de terminer en service presse, en remerciant l’auteur de sa confiance.

Gaby et Méphisto de Selma Bodwinger
Synopsis

Méphisto a été banni de l’enfer. Si un élan de nostalgie peut parfois lui rappeler ce qu’il a perdu, en général, il est plutôt satisfait de sa nouvelle vie. Il aime vivre sur terre. Par contre, côté travail, ça ne va pas très bien ces derniers temps. En essayant de se reprendre, de damner quelques âmes l’ayant bien mérité, de faire signer quelques contrats avec le diable, il ne réussit qu’à piquer une grosse colère qui attire l’attention de Gabriel. Ils ne s’étaient pas vus depuis un millier d’années. Pourtant, la passion entre eux est demeurée intacte. Alors que les signes précurseurs annoncent la venue de l’Apocalypse, que peut bien engendrer une liaison entre des champions du bien et du mal?

Mon avis

Si vous êtes un fervent catholique, passez votre chemin, ce livre flirtant avec l’hérésie et le blasphème ne sera pas pour vous! Sinon, et bien, avec Gaby et Méphisto de Selma Bodwinger il y a de quoi faire. Au départ, l’histoire se présente comme une romance teintée d’érotisme, comme il y en a beaucoup. Ce n’était pas une surprise. Je m’y attendais. Toutefois, je me suis vite rendu compte que ça ne se limitait pas à cela, loin de là.

Si je vous parle du paradis, de l’enfer, des anges et des démons, vous aurez tous en tête une image très claire de ce à quoi ça doit ressembler. Jouer avec quelque chose d’aussi connu est délicat. Entre les deux extrêmes, soit la vulgaire excuse similaire à un décor en carton-pâte où l’action aurait pu se dérouler là ou ailleurs ça aurait été du pareil au même et la rigueur d’une recherche poussée où l’imagination est bridée par des contraintes très strictes et où le moindre détail erroné peut être fatal, il y a un vaste entre-deux dans lequel se retrouve Gaby et Méphisto de Selma Bodwinger. Il faut le reconnaître, le thème est bien choisi pour illustrer cette confrontation du bien et du mal. Toutefois, les anges et les démons… Je ne les imaginais vraiment pas comme ça! Ils sont beaucoup trop humains.

Dans cette nouvelle mouture, donc, Dieu n’a plus donné signe de vie depuis un millénaire. Le paradis est laissé à lui-même et s’il baigne littéralement dans la lumière divine, ce n’est pas le lieu de félicité auquel on s’attendrait, du moins pour Gabriel. Pour une raison qu’il ignore, il a été conçu différemment de ses frères. Alors que les autres anges sont asexués, lui est hermaphrodite. Pour cela, il est méprisé, en particulier par Michel, le chef des armées divines, brutal et orgueilleux. Ajoutons à cela que depuis 2000 ans, Gabriel ne pense qu’au sexe, chose qu’il ne peut assumer. Il se sent coupable, il veut se punir, il cherche l’expiation dans la souffrance et l’avilissement. Bref, il est complètement névrosé. Et le réconfort qu’il peut trouver dans les bras de Méphisto ne fait qu’aggraver son cas. Un ange et un démon ensemble? C’est contre-nature! Vous l’aurez compris, si vous cherchez l’élévation spirituelle qu’on attribue habituellement aux anges, là c’est raté, vous ne la trouverez pas. D’un autre côté, Méphisto a une conscience. Ce n’est pas non plus un parangon du mal. Il apprécie la beauté de la nature et cherche les coupables pour les précipiter en enfer, plutôt que de corrompre des âmes innocentes.

Autrement dit, si les étiquettes qui sont accolées aux personnages ont une utilité dans l’intrigue, quand il est question de leur personnalité elles relèvent davantage de l’excuse. Ils sont complexes, à des années-lumière des stéréotypes. Ils ont tous leur part d’ombre et de lumière, peut-être plus qu’ils ne le devraient. D’un autre côté, voir un démon afficher une sérénité qu’on attribuerait a priori à un ange et un ange posséder une instabilité qu’on s’attendrait à retrouver chez un démon créé un contraste frappant qui met en lumière les autres thèmes abordés.

Parce que le fond du problème dans Gaby et Méphisto de Selma Bodwinger, outre l’arrivée imminente de l’Apocalypse, est la notion de différence, d’acceptation de soi et de sa sexualité, de cette lutte éternelle entre le bien et le mal et combien tout cela peut être compliqué. Est-ce que d’un amour sincère peut surgir un désastre?

Le tout est raconté dans de tout petits chapitres favorisant un rythme rapide et dynamique. L’auteure a une très belle plume, agréable à lire et très fluide. C’est un roman qui se lit facilement et très vite.

En résumé, Gaby et Méphisto de Selma Bodwinger est un roman un peu atypique et surprenant qui sous couvert de cette lutte entre le bien et le mal, qu’on s’attend à trouver dans un récit avec des démons et des anges, nous permet d’aborder d’autres thèmes plus humains qui sont encore et toujours d’actualité. Une agréable lecture que je recommande.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *