Braqcoeur(s) d’Emily Audrin

Braqcoeur(s) d’Emily Audrin

En service presse, je viens de lire Braqcoeur(s) d’Emily Audrin. Habituellement, après mon entrée en matière, je vous rédigerais un résumé du livre. C’est le premier aperçu que je vous en donne. La manière dont je l’ai compris. Il m’est arrivé de ne pas le faire pour diverses raisons, dont la simple et très vilaine paresse. Toutefois, dans le cas le présent, si je ne vous mets pas celui qui se trouve sur le site de Simplement, mon article sera incomplet. Vous ne comprenez rien à ce que je raconte? Ne vous inquiétez, en remerciant l’auteure de sa confiance, je vous parle de Braqcoeur(s) d’Emily Audrin et vous allez voir où je veux en venir.

Braqcoeur(s) d’Emily Audrin
Synopsis

Entre Polar psychologique et romance…

À New York, un drame vient d’arriver. En direction de Lexington Avenue, toutes sirènes hurlantes, le commissaire ne perd pas une seconde. À ses côtés, l’inspectrice Brett Jamson se cramponne comme elle le peut.

Est-ce une simple histoire de braquage ?

Tandis qu’on évacue les premiers corps, la jeune femme s’apprête à prendre, sans le savoir, le plus gros virage de son existence.

LA VIE… Presque ordinaire de Brett oscille entre des parents psychorigides, une sœur envahissante, des amis antagonistes et une carrière controversée avec lesquels elle va devoir jongler !

Et si le pire restait à venir?

Au cœur d’une enquête qui la mènera au bout du monde, elle va devoir aller au bout d’elle-même.

Pour en sortir, heureuse ou victorieuse, elle va devoir trancher.

Face à elle, une succession de choix et de désarrois vont mettre à mal toutes ses convictions, ses habitudes et faire voler en éclats trente-cinq années d’illusion. Et vous ? Auriez-vous sacrifié vos idéaux au profit de l’impensable ?

Mon avis

Sur Simplement, la description de Braqcoeur(s) d’Emily Audrin débute par : Entre Polar psychologique et romance… Et on le retrouve sous les mots-clés : #SUSPENSE #ENQUÊTE #ROMANCE #LGBT #POLICIER #NEWROMANCE #FF #NEWYORK #AMOUR #ROMAN #CONTEMPORAIN #ROMANCE-CONTEMPORAINE #POLAR. C’est intrigant. Sauf que du suspense, il n’y en a pas. Brett nous est dépeinte comme une super flic avec une intuition incroyable. À 15% du livre, en me basant sur ses réflexions et observations, j’avais compris l’essentielle de l’intrigue, alors qu’elle n’avait rien vu. Qu’elle n’avait pas même un soupçon. L’enquête était prévisible, il y avait des choses qui clochaient et… Et je pourrais continuer à casser du sucre sur ce livre, mais une question se pose. Si on ne m’en avait pas parlé, si je l’avais abordé sans qu’on ne m’eut rien dit à son propos, qu’en aurais-je pensé? On va prendre la présentation, les étiquettes, faire une jolie petite boule avec, la jeter aux poubelles et on recommence!

Braqcoeur(s) d’Emily Audrin est une romance avec comme toile de fond la police de New York. Personnellement, ce côté polar ne m’a pas tenu en haleine, loin de là. Son principal intérêt est de créer ce phénomène à la Roméo et Juliette. C’est dans ce décor que se crée la relation entre Brett et Izy, et là y avait davantage de substances.

Izy, ou Isabella Vérone, est la fille d’un mafieux décédé et avait longtemps été crue morte. C’est une jeune femme entière, volontaire et parfaitement assumée qui suit les traces de son père. De son côté, Brett est issue d’une famille à l’aise, psychorigide qui lui reproche l’essentiel de ses choix de vie. Découverte très tôt par le commissaire pour ses talents de déductions, elle a une carrière florissante dans la police. Un travail qui lui prends tout son temps et qui explique sa rupture avec son dernier petit ami. Leur rencontre est fortuite, la suite se complique.

Lorsque Izy découvre le véritable travaille de Brett, elle songe à l’utiliser dans son intérêt. Toutefois, peut-elle réellement jouer avec les sentiments sans se mouiller? Quant à Brett, elle ne s’explique pas l’attirance qu’elle ressent pour la jeune femme. Par-delà tout le reste, il y a la recherche et la découverte de sa propre identité, de sa sexualité. Pour quelqu’un qui s’est toujours défini comme hétéro, tomber amoureuse d’une autre femme… qui n’est pas dans le même camp qui plus est, n’est pas si évident.

J’ai l’air d’en dévoiler pas mal, mais en fait… pas tant que ça. Pour peu d’être attentive aux détails, l’intrigue est facile et évidente. Mais, vous savez ce que l’on dit. Ce n’est pas tant la destination qui compte que le chemin pour y parvenir et celui-ci valait le coup. C’était intéressant de les voir évoluer, se battre contre leurs propres démons et tenter de conjuguer ce qui leur arrivait avec leurs intérêts.

Les personnages sont bien dépeints. Leur personnalité est unique et bien campée. Ils sont attachants… jusqu’à un certain point. Et ce point est un peu triste à dire. À certains moments, toujours en lien avec l’enquête sous-jacente, ils pouvaient être agaçants. Mais quel foin Brett peut nous faire lorsqu’elle découvre qui est vraiment Izy! Elle n’aurait qu’un mot à dire pour être dans une position privilégiée. Elle ne le voit pas. Elle ne l’envisage même pas! Au lieu de ça, elle nous en fait tout un psychodrame! Vous vous demandez de quoi je veux parler là? Chiche! Si vous voulez le savoir aller lire le livre.

Quant à la plume de l’auteure, elle est fluide et agréable à lire. Très sincèrement, j’ai peu à en dire. Ce qui n’est pas plus mal parfois.

En résumé, on dit qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture. Dans le cas de Braqcoeur(s) d’Emily Audrin, je dirais qu’il vaut mieux se faire son opinion sans tenir compte de la quatrième de couverture. Sa description ne lui rend pas justice, simplement parce que ses deux composantes ne sont pas équivalentes. Si vous avez envie d’un polar, vous pourriez être déçus. Si vous avez envie d’une romance riche sortant un peu des sentiers battus, là par contre laissez-vous tenter ce livre pourrait vous plaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *