Le Cycle des démons – les 4 premiers tomes

Je vois la lumière au bout du tunnel! Ou de ma pile de livres à lire… Ce qui n’est pas loin d’être du pareil au même. Quoique, j’aie tendance à la regarnir régulièrement. Enfin, on pourra dire que les Grosse et Petite OP auront réussi à faire un peu de ménage dans la liste de livre à m’offrir. De ces deux événements, il ne me reste 4 romans, donc 4 séries, à lire. En attendant de m’y mettre, parlons de la 5e, celle que je viens de terminer, Le Cycle des démons de Peter V. Brett.

Le Cycle des démons, tome 1: L'Homme Rune
Le Cycle des démons, tome 1: L’Homme Rune
Synopsis tome 1 : L’Homme-rune

Il fut un temps où l’humanité connaissait l’existence des démons. Il fut un temps d’une grande guerre. Mais ce temps a pris fin et l’humanité à oublier, oublier leur existence et celle de la magie. Lorsque les démons sont revenus, ce fut un massacre. Les survivants ont été dispersés. À l’exception des quelques grandes Villes Libres, il ne reste que des hameaux épars. Dès la nuit tombée, les démons sortent du sol et tuent tout ce qui vit. La seule protection réside en des runes… et en la prière qu’elles tiennent jusqu’au matin. Il fut un temps, en ce temps oublié, qu’il n’y en avait pas uniquement de protection, mais également d’attaque. Celles-là ont été perdues. Après que sa mère ait succombé aux blessures infligées par des démons, par la faute de la lâcheté de son père, le jeune Arlen Bales s’enfuit. Il ne veut plus vivre enfermé, il rêve de redécouvrir ce qui a été perdu. Dans un autre village, un protecteur avide de gloire a mal fait son travail. Au cœur de la nuit, ce sera un carnage. Rojer, âgé de 3 ans, voit ses parents se sacrifier pour lui sauver la vie. Il se retrouve seul, orphelin, à la garde d’un homme qui, par peur, à laisser mourir sa mère. Ailleurs encore, Leesha Papier voit sa vie bouleversée par un mensonge et opportunité s’offrir à elle.

Le Cycle des démons, tome 2: La Lance du désert
Le Cycle des démons, tome 2: La Lance du désert
Synopsis tome 2 : La Lance du désert

Le père de Jardir était un guerrier, un sharum, mais sa mort avait été banale, sans gloire. Puisqu’à l’exception de lui-même, sa mère n’avait donné naissance qu’à des filles, aucun homme n’avait voulu de la veuve. Arraché à 9 ans à sa mère pour son Hannu Pash, l’enfant est triste, mais c’est aussi la chance de redonner l’honneur à sa famille et son clan a perdu tant de guerriers. Jardir est prometteur et dès son jeune âge, dans l’ombre, à son insu, une femme dirige sa vie avec ses dés. De sa formation à sa trahison, Inevera le mène sur les chemins de la gloire. Grâce à elle, il prend le pouvoir et déclenche la Guerre du Jour. Une guerre pour unifier les peuples afin de les mener à l’autre guerre contre les démons. De son côté, Arlen est mort, ou du moins s’en convint. Il ne se voit plus que comme l’homme-rune. Après avoir donné au Creux les moyens de se battre, il fait son possible afin de partager les runes de combat. Mais, il n’était pas préparé à devoir faire face à son passé.

Le Cycle des démons, tome 3: Le Guerre du Jour
Le Cycle des démons, tome 3: Le Guerre du Jour
Synopsis tome 3 : La Guerre du Jour

Pour une fille, l’Hannu Pash est simple. Une dama’ting lance les dés et lui dit si elle est stérile, grande honte, si elle sera une dal’ting ou si elle apprendra la danse des coussins pour rejoindre le harem des sharum. Rarement, moins d’une fois par siècle, les dés désignent une nouvelle dama’ting. Ce fut le cas pour Inevera. Enlevée à sa mère, elle fut conduite dans le palais des dama’ting pour y être élevée, éduquée et formée. Elle est unique, une exception, la seule Nie’dama’ting à ne pas être née du blanc. Durant ces années, elle y apprend l’inutilité de l’alagai’sharak où tant d’hommes meurent en vain en luttant contre les démons. Pour vaincre, il faut un Libérateur. Elle le trouvera, elle le créera. Suivant les Saints récits, Jardir croit en la nécessité de la Guerre de Jour. Il s’est emparé de Fort Rizon. Après les tueries, les viols, les enfants enlevés à leur parent, il impose leurs mœurs et leur croyance. Mais un compte à rebours est déclenché. Des démons de l’esprit sont venus tester les deux Libérateurs et ont péri. À la prochaine nouvelle lune, la riposte menace d’être sanglante.

Le Cycle des démons, tome 4: Le Trône de Crâne
Le Cycle des démons, tome 4: Le Trône de Crâne
Synopsis tome 4 : Le Trône de Crâne

Arlen s’est surestimé ou avait sous-estimé l’ennemi. Dans un combat contre un démon de l’esprit, seule la volonté compte et la sienne était si forte! Pas assez pour en affronter 3 à la fois. Cette erreur a des conséquences. Maintenant, les démons savent tout ce qu’il sait, mais lui en a aussi appris sur eux. Pour les vaincre, il ne voit qu’une option. Se rendre là où ils ne l’attendront pas. Voilà pourquoi il avait orchestré ce duel avec Jardir et qu’ils ont disparu l’un et l’autre. Sauf que pendant ce temps, le Trône de Crâne reste vacant et les ambitions se déchirent pour s’y asseoir et prendre le pouvoir.

 

Comme pour beaucoup de livre, j’avais téléchargé l’extrait de l’Homme-rune et, après lecture, l’avais archivé dans ma collection des ouvrages en attente d’être acheté. Je suis contente d’avoir eu l’occasion de le faire, parce que je me suis régalée avec Le Cycle des démons de Peter V. Brett. Presque du début à la fin, je me suis immergée dans l’histoire sans pouvoir en décrocher. Presque… Un simple petit mot qui fait passer la distinction entre un véritable coup de cœur et une excellente saga. Cette série à le défaut de ses qualités. L’histoire est riche, complexe, l’intrigue est bien ficelée et écrite. Il n’y a pas tant un personnage principal que plusieurs protagonistes dont les décisions et les volontés définissent le destin. Chacun a son histoire, ses origines et ses raisons d’agir ou de croire d’une telle manière. Et c’est là le « problème ». Le tome 1 se consacre surtout à l’histoire d’Arlen, de Rojer et de Leesha. Au début du tome 2, je n’avais qu’une envie, continuer à aller de l’avant et voir où tout ça nous mènerait… mais, non. On commence par faire une grande plongée dans le passé pour apprendre celle de Jardir. Ce n’était pas inutile, ça enrichissait l’histoire, c’était nécessaire à sa cohésion, mais sincèrement… C’était pénible. En fait, on se retrouve à s’interroger sur les choix de l’auteur. Aurais-je fait comme lui ou pas? Je dirais que je n’en sais rien… Il faut admettre que si toutes les enfances s’étaient retrouvées dans un seul tome, il ne se serait pas passé grand-chose d’autres. Le livre se serait terminé sans qu’on ait la moindre idée de là où il voulait en venir. Du coup, que ça me plaise ou non, que j’aurais fait la même chose ou non, je respecte son choix et le comprends. Bref, s’il y a malheureusement des longueurs, elles sont nécessaires et si on prend la peine de s’accrocher à ces moments-là, on réalise qu’elles en valaient la peine. Le Cycle des démons est une série que je recommande et, personnellement, j’attends avec impatience la sortie du tome 5. À découvrir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *