La trilogie: Kolderick

J’ai une prédilection pour les intégrales. Ce n’est pas un scoop, quand je commence une série, je ne m’arrête pas avant de l’avoir terminée ou lu tout ce qui a été publié en français. Avec un intégral, pour un prix moindre, j’ai tout en main d’un seul coup, pratique. Puis, sur un Kindle, une compilation de 10 gros tomes n’est pas plus encombrante qu’un livre de poche. Bref, en début d’année, j’avais vu sur Amazon l’intégral de Kolderick de Christy Saubesty. Son premier tome était déjà dans mon dossier d’extraits sélectionnés en attente d’être acheté. Je n’ai donc pas hésité et j’ai sauté dessus avant qu’il disparaisse. J’ai bien fait car, en ce moment, il n’est plus disponible. Sortant un peu du catalogue de Bragelonne, Mylady et Castelmore, où les OP m’avaient noyé, je viens de le lire et je vous en parle.

Synopsis tome 1 : La fille du Dashi

Des créatures surnaturelles vivent en secret dans ce monde, tout particulièrement en Australie. Dans le désert de ce pays, dans un lieu nommé Kolderick, vit une unité de soldats d’élites vampires. Ils combattent dans une guerre sans fin, afin de protéger l’humanité et les espèces surnaturelles. Leurs ennemis se séparent en deux clans. D’un côté, il y a les Laucus, des humains fanatiques. De l’autre, il y a une scientifique folle. Nougraa manipule les génomes pour se créer des hybrides combattant pour elle. Sous ses ordres, ils enlèvent une fey, Elora. Elle n’a pas été choisie par hasard. Alors que c’était réputé comme étant presque impossible, la fey est enceinte de son époux Dashi. Tout ce que souhaite Nougraa c’est de s’emparer de l’enfant à naître, de le modifier et d’en faire une arme. Tayla est innocente. Quand son passé la rattrape, quand elle apprend la vérité, elle ne tarde pas à choisir son camp.

Synopsis tome 2 : Évolutions

Bragz, le vampire à la tête de l’unité de Kolderick a été enlevé par les Laucus. Torturé depuis des semaines, il se résigne à sa fin. Mélina, la fille du chef des Laucus et de Nougraa, ne partage pas les inclinaisons de ses parents. Pour défier son père et par compassion pour le vampire, elle va lui apporter à manger. Approcher un vampire affamé et mal en point n’était peut-être pas la meilleure des idées. Sa réaction créera un malentendu. Si Mélina refuse de rejoindre ses géniteurs dans la haine, ils se serviront d’elle autrement. C’était sans compter sur la détermination et la volonté de Bragz.

Synopsis tome 3 : Sacrifices

Lors de la destruction de la base où Bragz avait été retenu, Alligan a été gravement blessé et est tombé dans le coma. Seule Tayla parvient à l’atteindre. Mais lorsqu’il se réveille, le vampire a l’esprit troublé et la confond avec une jeune humaine qu’il n’a pas su protéger, 300 ans plus tôt, alors qu’il était lui-même un enfant. Il l’enlève. Puisqu’il a une seconde chance, cette fois il n’échouera pas. Ou alors… Ou alors, il retrouvera ses esprits et se souviendra. Avant de céder à son attirance envers elle, il décide de la rendre aux siens, sans savoir qu’il y a des traîtres dans leurs rangs.

 

Si je devais définir cette série en un seul terme, ce serait : perplexe. En littérature, il y a plusieurs genres. De jolies petites étiquettes qu’on appose de-ci de-là, parce que c’est dans notre nature et qu’avouons-le, c’est plus pratique quand on veut savoir si un livre a une chance de nous plaire avant même de soulever la couverture. La fantasy couvre un éventail assez large, qui comprend entre autres, le bit-lit et la romance paranormale. Dans chacun, on retrouve généralement certains schémas. Par exemple, dans une série de romance paranormale, tous les hommes seront grands, forts, virils, des brutes au grand cœur avec de gros appétits sexuels et qui refusaient de s’engager avant de rencontrer cette fille-là. Étrangement, comme chaque tome raconte une histoire d’amour, suivant un autre récit global, ces messieurs tomberont tous comme des mouches sous les affres de l’amour en une période relativement courte. Kolderick de Christy Saubesty est un hybride de ces genres. Ce n’est pas mauvais en soi, mais c’est assez perturbant. L’histoire de fond n’a pas vraiment de sens. Les vampires sont pacifiques. Les feys et les Dashis restent dans leur coin. Pourquoi les Laucus les haïssent-ils à ce point? Pourquoi cette guerre? Aucune idée! Et pourtant, j’ai fini les livres. Ces chasseurs me font penser à des mobs dans un jeu vidéo. Ils sont là pour meubler le décor et qu’on leur tape dessus. La scientifique c’est idem. Elle parle de vengeance, de sa haine, mais on ne sait rien de plus. En fait, alors que le récit semblait parler d’une guerre et d’une jeune fille prise entre deux feux, manipulée, et dont la décision ferait pencher la balance, on se retrouve au milieu d’histoire d’amour, digne d’une série de romance paranormal, mais compressé en 3 tomes. Le résultat est que, pour arriver à suivre la cadence de tout cela, il y a beaucoup, mais alors beaucoup, de coins ronds. Tayla qui accepte en moins de 10 secondes ses origines. Mélina qui a été élevée dans la haine des vampires et qui en moins de 24h se retrouve dans les bras de Bragz confiante et éperdue. Et j’en passe. Est-ce mauvais pour autant? Je ne dirais pas cela. En fait, cette série peut être plutôt attrayante et amusante, pour peu qu’on ait au préalable mis son cerveau en berne. C’est une saga à lire sans se poser de question, sans réfléchir… Juste se détendre et oublier les incohérences. Dans ces conditions, elle fait passer un bon moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *