Les Chroniques d’Obsidienne

Les Chroniques d'Obsidienne par Lawrence Watt-Evans

C’est le temps des vacances! Qui dit vacances, dit… moins de temps pour lire. Je sais, ça peut sembler paradoxal et pourtant! Cela dit, moins de temps pour lire ne signifie en aucun cas ne pas lire. Je me suis donc plongé dans l’une des trois intégrales achetées tout récemment, Les Chroniques d’obsidienne par Lawrence Watt-Evans. Et puisque les vacances n’excluent pas de venir faire un tour sur mon blog, je vous en parle!

Les Chroniques d'Obsidienne, tome 1: Un Temps de Dragon par Lawrence Watt-Evans

Synopsis tome 1 : Un Temps de Dragon

Il fut un temps, très lointain, où les hommes étaient les esclaves des dragons. Ce temps est révolu. Ils ont soudainement disparu, sept siècles plus tôt. Personne ne sait pourquoi, mais tous présument qu’ils sont morts. De cette époque lointaine est restée une expression : un temps de dragon. Cela signifie une température très chaude, sèche et qu’il fait sombre en plein jour, avec un ciel recouvert de nuages ne laissant pas passer les rayons du soleil. C’était lors de ces moments que les dragons sortaient. C’est ce que raconte le grand-père d’Arlian lorsque justement, il fait un temps de dragon. À onze ans, Arlian est fasciné par ses histoires. Jusqu’à ce que ce ne soit plus que des histoires. Trois dragons attaquent son village. Par chance, il y survit. Il est le seul. Des hommes le trouvent dans la cave où il avait trouvé refuge. Il comprend vite que ce ne sont pas des sauveteurs, mais des pillards. Arlian est réduit à l’esclavage et vendu dans une mine. Avant d’y être entraîné, il se jure de revoir un jour le soleil et de se venger.

Les Chroniques d'Obsidienne, tome 2: La Société du Dragon par Lawrence Watt-Evans

Synopsis tome 2 : La Société du Dragon

Arlian s’est échappé des mines et est désormais le riche seigneur Obsidien. Il a tué Enziette, le seigneur Dragon, le responsable de son esclavage, et est devenu son héritier, le possesseur de ses secrets, de très lourds secrets. Il a appris où les dragons étaient partis et pourquoi. Comment ils se reproduisent et comment les tuer. Il a appris ce que le venin d’un dragon mélangé au sang de son grand-père a fait de lui. Ce qu’ils sont, lui et tous les autres membres de la Société du Dragon. Doit-il en parler ou se taire? Il aura besoin d’aide pour sa vengeance, mais comment réagiront ceux qui pourraient le faire à ses révélations?

Les Chroniques d'Obsidienne, tome 3: Le Venin du Dragon par Lawrence Watt-Evans

Synopsis tome 3 : Le Venin du Dragon

Après 14 années de guerre, Arlian et les soldats du duc sous ses ordres ont exterminé des dizaines de dragons. Il avait bon espoir de réussir à éliminer cette menace pour l’humanité… et reçoit l’ordre d’arrêter. La diminution du nombre de dragons a permis à la magie chaotique du sud de se répandre vers le nord. Un danger mortel remplace peu à peu un autre. Arlian doit-il renoncer à sa vengeance? Subir la magie serait-elle mieux? Où pourrait-il y avoir une troisième solution? Si elle existe, il la trouvera!

 

Avec Les Chroniques d’Obsidienne, en particulier lors du premier tome, Lawrence Watt-Evans revisite un classique d’Alexandre Dumas, le Comte de Monte-Cristo. Agrémenté d’une sauce fantasy, on y retrouve tous les principaux aspects, l’emprisonnement injuste, la fuite, la fortune et la renommée à l’usage de la vengeance. Par la suite, peut-être cette vengeance s’étirant, l’histoire s’enrichit de nouveaux aspects. Comme je le disais dans ma critique de L’Âge du feu de E.E. Knight, écrire sur les dragons n’est pas si évident qu’il n’y paraît et, pourtant, Lawrence Watt-Evans réussit lui aussi, avec sa trilogie, à nous fournir une version intéressante. Tout au long du récit, nous découvrons avec Arlian ce qu’ils sont et ce qu’ils ne sont pas. La place qu’ils peuvent prendre dans un monde de magie et l’équilibre entre les divers éléments. Vouloir être pointilleuse, je dirais aussi que c’est un peu la faille dans l’histoire. Il y a une très grande interdépendance entre certaines races. Alors, comment elle a pu se mettre en place, exister, ou comment la création d’un déséquilibre a pu ne pas tout détruire est frappé d’un grand TGCM (ta gueule c’est magique). D’un autre côté, pour avoir un début de réponses à ces questions, il aurait fallu revenir plus de 10 000 ans en arrière. Autrement dit, ce délai en lui-même explique une certaine obscurité. En résumé, Les Chroniques d’Obsidienne de Lawrence Watt-Evans ont été une lecture très agréable. Les vacances avaient du mal à m’en arracher et j’y retournais à la première occasion avec plaisir et ce, malgré certains passages un peu répétitif. À vous de voir si cette nouvelle mouture de dragons saura vous plaire!

Une pensée sur “Les Chroniques d’Obsidienne”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *