La trilogie Sixtine de Caroline Vermalle

La trilogie Sixtine de Caroline Vermalle

Faible femme que je suis, le chant des sirènes d’une intégrale m’a de nouveau séduit. Bon, il faut l’admettre, pour quelqu’un qui comme moi préfère tout lire d’un coup, c’est le format idéal. Ajoutons à cela qu’il est souvent moins cher. Un argument non négligeable pour mieux me vautrer dans mon vice assumé d’addict à la lecture. Mais, ils ont souvent le défaut d’être offert pour des temps limités. Je ne pouvais donc laisser passer l’occasion! Tout cela pour dire que je viens de terminer la trilogie Sixtine de Caroline Vermalle et je vous en parle!

Sixtine, livre 1
Synopsis : Livre 1

Jessica Pryce vivait un conte de fées. 4 semaines après sa rencontre avec un séduisant millionnaire, elle était fiancée. Quelques mois plus tard, son mariage avec son prince charmant était grandiose. Puis… ce fut le cauchemar. Portée disparue lors de sa lune de miel au Mexique, elle est retrouvée dans une chambre secrète de la grande pyramide de Kheops. Elle est allongée à moitié morte au côté de son mari qui lui n’a pas survécu. Ses cheveux sont devenus gris. Ses yeux sont devenus verts. Elle entend et voit des choses étranges. Et surtout, elle a juré de se venger. Désormais, elle se fera appeler Sixtine.

Sixtine, livre 2
Synopsis : Livre 2

Sixtine avait cru se venger. Puis, elle avait eu des doutes. Mais, il était trop tard. Quelqu’un avait tué son présumé bourreau et ce quelqu’un ne veut pas qu’elle continue son enquête. Elle a 3 jours pour retourner à la maison de son enfance, si elle ne veut pas que sa grand-tante soit assassinée. Trois jours découvrir la vérité. Trois jours donner un sens aux souvenirs qu’elle commence à recouvrir.

Sixtine, livre 3
Synopsis : Livre 3

Sixtine sait maintenant comment et pourquoi elle s’est retrouvée dans la pyramide. Ce qui lui reste à découvrir c’est qui elle est vraiment. Et ce qu’elle peut ou doit faire. Il y a toujours deux anges, l’un pour sauver, l’autre pour venger.

Mon avis

Dans chaque style littéraire, il y a quelques stéréotypes. Bien des livres se retrouvent dans une jolie petite case bien étiquetée et quand ce n’est pas le cas, il semble être plus difficile d’en faire la critique. C’était ma première impression à propos de la trilogie Sixtine de Caroline Vermalle. Puis, j’ai lu le mot de l’auteure à la fin et ma vision a changé.

Je m’explique. Tout d’abord, avec le premier tome, nous nous plongeons dans les mystères égyptiens. Avec mon goût pour la mythologie, c’était une idée qui m’avait plu. Avant son retour d’entre les morts, Sixtine mentionne un fleuve et le jugement des âmes selon le mythe égyptien. C’est prometteur, accrocheur… et ça devient un peu brouillon… ou pas… Au fil de l’histoire on quitte l’Égypte pour y inclure d’autres religions. En fait, ce n’est même plus tant une question de religion, mais plutôt la croyance d’une vie après la mort, qui a été commune à bien des anciennes civilisations, et qui, dans cette trilogie, est exploitée par des hommes sans scrupule. C’était l’un des premiers points déstabilisants. Ça semble partir dans tous les sens et en même temps, c’est cohérent. L’auteure a su ramasser ses petites miettes éparpillées partout pour en faire un tout qui se tient. Déstabilisant, mais non déplaisant.

L’autre point, c’est qu’après avoir terminé ma lecture, il me restait un goût d’inachevé. Pourtant, le mystère était résolu. Nous avions obtenu les réponses à nos questions. Alors pourquoi? Peut-être était-ce parce que ça s’était un peu dispersé. Je n’irais pas jusqu’à dire que ça m’avait fait décrocher, mais ça avait réduit le côté addictif du début. Ou plutôt… la solution était peut-être dans le mot de l’auteure. Selon ce qu’elle y dit, Sixtine et sa petite bande vont revenir dans de nouvelles aventures. Et là, ça a fait tilt.

La trilogie Sixtine de Caroline Vermalle en elle-même est une bonne série. J’ai passé un agréable moment à la lire et son côté atypique vaut le détour. Mais voilà, si on devait s’arrêter là, je dirais qu’elle est juste ça, une très bonne série. Par contre, elle est un excellent prélude à ce qui pourrait suivre. Elle pose des bases solides dans une grande aventure dans laquelle l’auteure pourrait nous amener. Ce petit soupçon de déception, d’impression d’inachevé était justifié. Ce n’est pas fini. Alors, il ne reste qu’à attendre la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *