Les Chroniques des Terres d’Eschizath, tome 3 : Les Fragments de Discorde de Brice Milan

Les Chroniques des Terres d’Eschizath, tome 3 : Les Fragments de Discorde de Brice Milan

Après la lecture des deux premiers tomes des Chroniques des Terres d’Eschizath, vous n’en serez pas surpris, je me suis plongée dans le troisième et dernier volet, Les Fragments de Discorde. Je remercie d’ailleurs Brice Milan de m’avoir invitée à découvrir sa trilogie et de sa confiance. Ceci dit, comment se termine l’histoire? Que raconte Les Chroniques des Terres d’Eschizath, tome 3 : Les Fragments de Discorde de Brice Milan? Voyons cela…

Les Chroniques des Terres d’Eschizath, tome 3 : Les Fragments de Discorde de Brice Milan
Synopsis :

Les alliés ont remporté la victoire, à un prix élevé. La mort du roi des Hisles a créé un terreau fertile pour les ambitieux avides de conquêtes. Morgaste, de retour chez lui après sa débâcle, doit faire face à la trahison. Les Terres d’Eschizath, avec à sa tête Ulva, promu Conseillère Suprême, aspire à la paix. Mais, alors qu’Alceste, guidé par Aubert, se dirige vers les Terres Brûlantes en guise de réponse, une autre guerre se prépare. Qui cette fois seront les amis ou les ennemis?

Mon avis :

Cette critique est un peu plus difficile que les précédentes à écrire. La faute en revient à un détail, une broutille. La narration des Chroniques des Terres d’Eschizath, tome 3 : Les Fragments de Discorde de Brice Milan a été faite au présent. Ce n’est pas grand-chose. C’est un choix plus rare, mais pas nécessairement mauvais. En l’occurrence, bien que la plume de l’auteur soit toujours aussi agréable à lire, ça me rendait le texte moins fluide. J’avais beaucoup plus de mal à m’imprégner de l’histoire. De ce fait, je crains que les choses qui auraient tendance à le plus ressortir soient les points négatifs, alors que, autant le préciser dès maintenant, ce livre est très bon!

Dans ce dernier volet, la fantasy flirte avec la science-fiction. Un mélange particulier et qui ici fonctionne très bien. Il faut dire que l’auteur avait préparé le terrain depuis longtemps. N’était-il pas question dès le début d’un fragment venu de l’espace? En lui seul, il était facilement acceptable dans un contexte fantasy, mais dès qu’on va plus loin, dès qu’on cherche ses origines… Et je n’en dirai pas plus, je ne vais pas spoiler non plus!

La situation politique du royaume des Hisles permet l’émergence de nouveaux personnages, dont un en particulier. Il est… Hum… À son sujet, mon opinion est plutôt mitigée. D’un côté, il est très cliché, stéréotypé. Il en devient l’excuse facile pour entamer une nouvelle guerre. De l’autre… Il est malheureusement et cyniquement incroyablement réaliste. Des hommes opportunistes, prêts à saisir la moindre occasion pour s’enrichir ou gagner du pouvoir au détriment d’autrui, préoccupés uniquement par leurs privilèges, hélas, ça existe vraiment!

Dans les Fragments Réunis, les divers protagonistes avaient acquis une certaine profondeur. C’est avec plaisir que j’avais appris à mieux les connaître. Je l’étais d’autant plus en les retrouvant dans les Fragments de Discorde. Car, sans retomber dans le rythme effréné du tome 1 qui laissait plusieurs choses de côté, certaines prises de position ou décision me semblaient extrêmes ou hâtives. Ce n’était pas faux. Sauf que, ça correspondait assez bien à la personnalité de ceux concernés. Ils avaient évolué au cours de l’histoire, leur opinion avait changé, parfois, mais ils avaient toujours été assez catégoriques. Il n’y avait jamais eu beaucoup de zones grises. Ça ne les rendait pas moins attachants ou complexes.

En résumé, Les Chroniques des Terres d’Eschizath de Brice Milan est une trilogie, certes un peu inégale d’un tome à l’autre, mais qui vaut la peine d’être découverte. Et avec Les Fragments de Discorde, il nous offre une finale enlevante et pleine de surprises.

Une pensée sur “Les Chroniques des Terres d’Eschizath, tome 3 : Les Fragments de Discorde de Brice Milan”

  1. Merci, Lily, pour cette franchise pleine de fraîcheur. Oui, j’assume, j’ai fait le choix du présent pour le troisième et dernier tome, malgré ma préférence pour l’imparfait, le passé composé ou encore le passé simple. J’avais besoin pour clore cette saga d’ancrer le récit dans des accents plus actuels, sans forcément m’appuyer sur une temporalité plus traditionnelle utilisée pour la narration. Peut-être cette incursion dans la SF m’a-t-elle incité à utiliser un temps intermédiaire entre le passé et le futur ? Quoi qu’il en soit, je livre un récit raconté au présent, en ouvrant des brèches dans le futur. Brice Milan

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *