Le Legs de la Faille de Raymond E. Feist

Le Legs de la Faille de Raymond E. Feist

Si je vous parle de Sierra, ça vous dit quelque chose? Si la réponse est oui et que, pour vous comme pour moi, cela fait référence à une compagnie de production et d’édition de jeux vidéo disparue, peut-être que vous aussi vous vous êtes dit que cela ne nous rajeunit pas! Quand je pense à Sierra, les premiers jeux qui me viennent en tête sont la série des Gabriel Knight, de véritables chefs-d’œuvre du point & click. Ces jeux avaient une particularité, leur scénario avait été écrit par une auteure, Jane Jensen, qui en avait par la suite tiré des livres. Je l’ignorais jusqu’alors, mais il semblerait que ce ne soit pas l’unique fois où Sierra se soit rapproché du monde littéraire. En 1993, ils sortaient un jeu du nom de Betrayal at Krondor basé sur l’univers dépeint par Raymond E. Feist dans La Guerre de la Faille. En 1998, les joueurs avaient droit à sa suite, soit Return to Krondor. Reprenant à son profit la maxime « rien ne se perd, rien ne se créer », Raymond E. Feist s’est servi de ces jeux pour écrire sa trilogie : Le Legs de la Faille, ou, pour être plus précis, le tome 1 correspond au premier jeu et le 3e au second. Qu’est-ce que ça a donné? Venant de terminer Le Legs de la Faille de Raymond E. Feist, je vais vous en parler!

Petite parenthèse, aujourd’hui c’est la St-Jean Baptiste, notre fête nationale à nous les Québécois. Un des rares jours fériés dans l’année où tout est vraiment fermé. L’occasion de célébrer notre beau pays qu’est le Québec! Et moi je suis là à travailler sur cette chronique… Donc, vous pardonnerez ce petit raccourci, mais j’utiliserai les résumés officiels fournis par l’éditeur plutôt que d’en rédiger. 😉

Le Legs de la Faille, tome 1: La Trahison
Synopsis tome 1 : La Trahison

Neuf ans après la chute de Stethanon, de terribles puissances s’éveillent à l’horizon. Le porteur de ces mauvaises nouvelles n’est autre qu’un Moredhel, un elfe noir nommé Gorath. Le sang coule à nouveau. Les Faucons de la Nuit, la guilde d’assassins qu’on croyait anéantie, renaissent de leurs cendres et frappent impitoyablement. La politique redevient un jeu dangereux où l’on égorge le perdant. Les Six, un mystérieux groupe de magiciens, ourdissent dans l’ombre de terribles machinations. Ils veulent mettre à genoux le royaume des Isles! Mais il leur faudra compter avec nos vieux, amis Jimmy, Locklear et Pug, bien sûr !

Le Legs de la Faille, tome 2: Les Assassins
Synopsis tome 2 : Les Assassins

La guilde des assassins sème la mort ! Elle est de retour à Krondor et tue sans motif apparent. L’écuyer James et le lieutenant William conDoin, tout juste nommé à ce poste, sont dès lors précipités dans le monde sinistre du meurtre et des intrigues politiques, tandis que la guerre menace d’embraser le royaume… car parmi les victimes assassinées se trouve un noble d’un Etat voisin ! Le temps presse et la cité est saisie par la terreur, alors que les deux jeunes hommes se livrent à une course contre la montre : il leur faut trouver le responsable de cet acte de guerre, un personnage mystérieux connu sous le nom du Rampant…

Le Legs de la Faille, tome 3: La Larme des dieux
Synopsis tome 3 : La Larme des dieux

Le terrible sorcier Sidi a décidé de porter un coup fatal au royaume. Il envoie Ours, le pirate assassin, à la poursuite du vaisseau qui transporte l’objet le plus sacré de Midkemia : la Larme des dieux. On pense en effet que tous les pouvoirs magiques découlent de cette pierre miraculeuse. Or, si la Larme devenait le jouet du sorcier, l’avenir ne serait plus que terreur mort et nuit éternelle. L’écuyer James, le lieutenant William et la magicienne Jazhara se lancent alors dans une mission périlleuse pour secourir le précieux artefact. Pendant ce temps, de noires créatures se rassemblent dans un dessein inavouable : créer le chaos qui précipitera la perte de James et de ses braves compagnons et qui permettra de corrompre totalement la Larme des dieux…

Mon avis

La première chose que j’ai vue en débutant cette trilogie a été une petite note sur la page titre : « Basé sur le jeu Betrayal at Krondor, édité par Sierra » et ça a fait tilt. D’accord… ce n’était pas un simple roman tiré de l’imagination de l’auteur. Ce n’était même pas lui qui avait écrit le scénario du jeu! J’ai abordé ma lecture en gardant cette précision en tête.

Et j’ai bien fait! La petite touche de féminité qu’avait apportée la collaboration de Janny Wurts dans La Trilogie de l’Empire n’était plus là. La première et la seconde série se chevauchaient en partie. J’avais trouvé amusant de voir des références à ce que nous avions déjà lu précédemment… et j’étais un peu déçue que ce ne fut pas le cas avec cette 3e série. Enfin, je l’ai été jusqu’à ce que l’on me fournisse l’unique référence, qui expliquait également pourquoi il n’y en avait pas d’autres. (Et non, que le scénario vienne d’ailleurs à la base ne m’aurait pas suffi! Raymond E. Feist a tout de même écrit les livres après!) En fait, contrairement à ses deux prédécesseurs, Le Legs de la Faille se déroule sur une période plutôt courte, et à un moment où les événements à Kelewan n’influencent pas vraiment ce qui se passe à Midkemia. Ceci explique cela. Il n’en restait pas moins qu’on venait de m’enlever 2 des éléments qui m’avaient vraiment plu dans la précédente trilogie, alors que restait-il?

Un autre élément très intéressant venait de prendre la place. J’ai quelques jeux vidéo à mon actif, assez pour connaître les mécanismes classiques des jeux de rôle et d’aventure. C’était rigolo de les retrouver dans un roman. C’était parfois subtil et ne pas l’avoir su, je ne l’aurais peut-être pas remarqué. Après tout, l’ensemble s’intégrait bien dans l’univers et le style de l’auteur. Mais cela ajoutait un petit piquant. Je m’imaginais très bien sur mon pc ou ma console jouer l’un des personnages, affronter les packs de mobs pour arriver jusqu’au boss en résolvant quelques énigmes au passage! Autrement dit, j’ai trouvé l’adaptation très réussie.

Il n’en reste pas moins que ce sont des livres et non des jeux et qu’un lecteur n’est pas obligatoirement également un joueur. Alors qu’en était-il de la trilogie Le Legs de la Faille d’un point de vue purement littéraire? Eh bien la plume de Raymond E. Feist est toujours aussi agréable à lire. C’était un plaisir de retrouver James, de voir comment avait évolué ce petit voleur si attachant. La dernière fois que nous avions vu William, le fils de Pug, ce n’était qu’un enfant. Le vois devenir militaire est intrigant. Certes, il est fait pour ça, mais n’aura-t-il rien hérité de son père qui pourrait nous réserver des surprises à l’avenir? Les personnages sont riches et complexes, bien décrits et attachants. Évidemment, comme cette fois-ci l’auteur a écrit seul, malgré l’introduction d’une magicienne à la cour, nous nous retrouvons dans un univers très masculin. J’y accroche peut-être un peu moins que lorsqu’il avait coécrit, mais pour être honnête, je préfère encore cela, et de loin, à des personnages bâclés parce que l’auteur les aurait mal appréhendés.

En résumé, Le Legs de la Faille est une troisième série très intéressante à découvrir et dans laquelle se plonger. Je suis retournée avec plaisir sur Midkemia et j’ai hâte de voir ce que la suite nous réserve… et quelle sera la particularité de la prochaine série!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *