La trilogie: Les chroniques de Ren

Les chroniques de Ren écrit par Faith Kean

Le dépoussiérage de mes extraits sélectionnés se poursuit, d’une certaine manière. À l’instar de Nightrunner, Les chroniques de Ren écrit par Faith Kean attendaient depuis des années d’être achetées. Peut-être depuis la publication du premier tome, en fait… Alors, repoussant courageusement ma pile de livre à lire, bravant la tourmente, je me suis précipitée sur son intégrale dès sa sortie. Tant d’héroïsme en auront-ils valu la peine? Voyons voir…

Les chroniques de Ren, tome 1: Prisonnier
Synopsis tome 1 : Prisonnier

À 18 ans, Ren mène une existence rêvée. Il est l’enfant tendrement aimé de parents qui n’en espéraient plus. Il a de bons amis. Et il est un champion d’athlétisme de son école. Sa vie est parfaite! Il n’en changerait pour rien au monde. Mais un soir, tout bascule. Il se fait enlever et amener dans un monde de nuit éternelle où règnent 6 lunes pour y être vendu comme esclave. Car, dans ce monde, un humain n’est que de la nourriture et un divertissement. Un sort auquel Ren refuse de se résoudre.

Les chroniques de Ren, tome 2: Messager
Synopsis tome 2 : Messager

Enfant élu. Béni des dieux. Vraiment? Et qu’est-ce que ça signifie pour Ren? À part que Jiirva, l’incarnation du dieu de la mort le sauve chaque fois qu’il aurait dû mourir, dut-il en payer le prix. Il a beaucoup de questions et une piste pour trouver les réponses. Le soir de ses noces, Ren s’enfuit du palais d’Infeijin et guidé par Hosgard, il part à la recherche de l’Ermite. En vérité, l’histoire des dieux s’est perdue dans l’oubli. Un élément de ce passé et le refus de Ren de se soumettre ont fait naître une menace dans l’ombre, par-delà le voile d’Hosgard. Et c’est maintenant à lui que revient le devoir de tout faire pour préserver l’Île de nuit.

Les chroniques de Ren, tome 3: Guerrier
Synopsis tome 3 : Guerrier

Luta lui avait fait oublier Ryhad et sa vie à Infeijin. Mais la prochaine étape de sa quête le ramène à Ferin, auprès de son prince. Avec la mémoire lui revient tout ce qu’il a sacrifié et le poids de ses choix. Quand tout sera fini, Ren espère sincèrement pouvoir réparer tout ce qui a été brisé. Mais, en attendant, à l’aube de la guerre, il doit finir d’unir les espèces en une alliance fragile. Car son double maléfique le lui a dit : il l’attend au Rideau d’Hosgard

Les chroniques de Ren, bonus: La Garde
Synopsis bonus : La Garde

De par la tradition, le consort d’un prince a une garde personnelle. De plus, les balades en solitaire de Ren inquiétant Ryhad, il insiste pour lui en fournir une. Ce n’est pas gagné. Il faudra négocier…

Les chroniques de Ren, bonus: Féerie à Ferin
Synopsis bonus : Féerie à Ferin

Ren adorait Noël. Cette fête lui manque. Cette année, il est bien décidé à la célébrer avec sa nouvelle famille.

Les chroniques de Ren, bonus: Valentine's day à Ferin
Synopsis bonus : Valentin’s day à Ferin

La rumeur court que Ryhad s’est lassé de son consort. Après tout, ce n’est qu’un humain et tant qu’il n’est que prince, il a le droit d’avoir un harem s’il le souhaite. Le palais est envahi de prétendant. Depuis des semaines, Ren et Ryhad ne sont pas parlés, ni touchés. Qu’est-ce qui se passe exactement?!

Mon avis

J’ai comme principe vivre et laisser vivre. En ce qui me concerne, la vie sentimentale et sexuelle d’adultes consentants ne regarde qu’eux. Par contre, quand on prend un garçon hétérosexuel n’ayant aucun doute sur ses préférences et qu’on le transpose dans un monde où les relations entre hommes sont la norme parce que les femmes y sont si rares qu’elles sont réservées à la procréation, je me pose des questions. Est-ce que le postulat de départ à forcer une relation homosexuelle qui n’apporte rien à l’histoire, juste pour se donner du style?! C’est le genre d’artifice que je n’apprécie pas trop. Mais non, là ce n’était pas le cas. Le récit n’aurait pas été le même sans l’interaction particulière entre Ren et Ryhad. Il était intéressant de voir l’étincelle d’attirance s’enflammer. De voir Ren dépasser les limites de ses préjugés et de ce qu’il croyait savoir de lui-même pour découvrir qu’au fond, l’amour reste l’amour. Qu’il n’y a rien de plus naturel. Naturel… un terme qui a été quelque peu galvaudé, en particulier dans le tome 1. À croire que l’auteure voulait nous enfoncer son opinion dans le crâne, ou s’en convaincre elle-même.

Comme vous l’aurez peut-être compris, le début avait un petit côté addictif. Je me suis laissée prendre par l’évolution de la relation entre Ren et Ryhad. Ils ont chacun une personnalité complexe, forte, entière et passionnée. Et… c’est là que ça gâche un peu. Dans le tome 2, ils sont séparés. L’un sans l’autre, je trouve que l’histoire manque un peu de piquant et les erreurs deviennent, du coup, plus marquantes. Le diable se cache dans les détails. En tant que lecteur, il nous est facile de les détecter et la plupart du temps, on les pardonne. Ça arrive aux meilleurs. Par exemple, au tout début de l’assassin royal de Robin Hobb, on apprend que Burrich a été blessé en protégeant Chevalerie d’un sanglier. Pendant la majorité du reste de la série, les deux frères seront confondus et on dira qu’il a en fait sauvé Vérité. On ne va pas en faire un plat. Toutefois, quand notre héros entend parler du roi et que son nom est prononcé et qu’au chapitre suivant quelqu’un interpelle ledit roi par ce même nom et qu’il prétend ne pas l’avoir su avant, c’est un peu excessif. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Luta prétend prendre les souvenirs Ren pour laisser la place à ses pouvoirs, admettons. La version sera contredite par la suite par un autre dieu, puis modifié et encore changé, au point de ne plus avoir de sens du tout.

Et que dire des bonus… Dans la Garde, alors que Ryhad essaie de convaincre Ren d’accepter d’avoir une garde personnelle, il est question de ses visites dans un bordel où il discute avec le propriétaire avec lequel il s’est lié d’amitié. Dans Féerie à Ferin, Ren, à la recherche de Kiyran, se retrouve dans un bordel où il fait la rencontre de ce propriétaire… mais il est accompagné de sa garde personnelle! Dans l’absolu, des bonus c’est plaisant. Ça nous permet une dernière petite aventure avec nos héros avant de leur dire au revoir. Dans ce cas-ci, malheureusement, ce n’est guère plus que des anecdotes contradictoires servant de base à des nouvelles érotiques. Franchement, je ne les aurais pas lus, ça ne m’aurait pas manqué.

En résumé, je dirais que Les chroniques de Ren écrit par Faith Kean sont une très bonne lecture qui m’a laissé un léger arrière-goût amer. D’un côté, je ne suis pas arrivée à le lâcher avant la fin, de l’autre… Il m’arrivait parfois au milieu d’un chapitre d’arrêter et d’aller faire autre chose. Les erreurs et les incohérences ont empêché le tome 3 de rallumer l’intérêt que le tome 2 avait étouffé. Cela étant, je ne regrette pas du tout le temps passé en compagnie de Ren.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *