La Guerre des Serpents de Raymond E. Feist

La Guerre des Serpents de Raymond E. Feist

Je vais vous faire un aveu. La première fois que je suis tombée sur un livre de Raymond E. Feist, j’ai hésité. La raison en est très simple. Il a écrit une œuvre colossale, la preuve étant qu’après avoir terminé La Guerre des Serpents, mon Kindle m’annonce que je suis rendue à un glorieux 50% de mon intégrale d’intégrales. Cette œuvre est divisée en série et j’avais la flemme de faire le ménage pour tout mettre dans le bon ordre chronologique. Bon, d’accord! Paresse quand tu nous tiens! Il suffit d’un clic ou deux sur internet pour trouver la liste complète. Il n’empêche, je me disais qu’avec une telle intégrale, outre l’aspect financier, l’éditeur aurait fait le travail à ma place! Pourquoi je vous raconte tout ça? Je vous explique en vous donnant mon avis sur La Guerre des Serpents de Raymond E. Feist, tout de suite après la présentation de ses tomes.

La Guerre des Serpents, tome 1: L'Ombre d'une reine noire
Synopsis tome 1 : L’Ombre d’une reine noire

Erik est le fils du baron de la Lande Noire. Aux dires de sa mère, elle était mariée avec le baron quand il avait été conçu. Une union qui aurait été vite annulé par le roi pour être remplacé par un mariage d’état. Il n’en reste pas moins que, toujours selon elle, il est un fils légitime et l’héritier tout aussi légitime. Sauf qu’il n’est pas reconnu par son père, qui en guise de toute faveur ne lui a pas dénié le droit de porter son nom, et que les ambitions de sa mère dérangent. Une situation empoisonnée qui se termine par un drame. En voulant porter secours à celle qu’il considère comme sa sœur, Erik, avec l’aide de son ami Roo, tue son demi-frère Stefan. Pour ce crime, ils sont condamnés à mort. Alors qu’ils ont la corde au cou, on l’offre un sursis. Ils seront graciés s’ils acceptent de rejoindre une compagnie de mercenaire et de remplir avec eux une mission suicidaire dont pourrait dépendre la survie du Royaume des Isles et de tout Midkemia. Sur le continent de Novindus, une bataille fait rage car les Panthatians tentent de nouveau de faire revenir leur déesse, Alma-Lodaka.

La Guerre des Serpents, tome 2: L'Ascension d'un prince marchand
Synopsis tome 2 : L’Ascension d’un prince marchand

Les aigles cramoisis ont payé cher leur mince victoire. Une poignée de survivants a réussi à regagner Krondor, dont Erik et Roo. Comme promis, dès leur retour, ils sont graciés et sont désormais libres de suivre leur propre chemin. Si Erik choisit de rester dans la compagnie de mercenaires, Roo profite de l’occasion pour réaliser ses ambitions, devenir l’homme le plus riche du monde! Il a un talent certain, en plus de la ruse et de l’instinct. Sans oublier un léger coup de pouce inattendu qui aura un prix et qu’il ne peut refuser. Sur Novindus, en brûlant le chantier naval, les aigles cramoisis ont fait gagner un sursis au royaume, ils n’ont pas arrêté l’ennemi. La guerre est inévitable. Il faut s’y préparer et ça coûte cher. Le duc James soutiendra Roo, mais celui-ci devra lui prêter tout l’argent nécessaire le moment venu. Encore faut-il qu’il surmonte les différents pièges sur sa route vers la richesse.

La Guerre des Serpents, tome 3: La Rage d'un roi démon
Synopsis tome 3 : La Rage d’un roi démon

Cette guerre n’était pas ce qu’elle semblait être. À l’aube de la bataille, Pug et ses compagnons découvrent qui se cache derrière… et doivent l’oublier pour pouvoir le combattre, ne gardant que le souvenir de ce qu’il leur faut faire. La reine Emeraude n’est plus. Un démon a pris sa place et dirige ses armées comme des marionnettes. Il veut s’emparer du trésor de Sethanon, sans trop savoir pourquoi. La faille qui lui a permis de venir est toujours là, bien que verrouillée. Ce n’est qu’une question de temps avant que d’autres démons ne parviennent à la franchir. Il faut l’arrêter avant qu’il n’atteigne son but. Il faut refermer cette faille et empêcher les autres démons de traverser, sinon… ce sera la fin de toute vie sur Midkemia.

La Guerre des Serpents, tome 4: Les Fragments d'une couronne brisée
Synopsis tome 4 : Les Fragments d’une couronne brisée

Krondor est en ruine. Le royaume de l’Ouest a été durement frappé par l’invasion menée par le démon. Au milieu de ces décombres, Fadawah, l’ancien général commandant les armées de la reine Emeraude, décide de se tailler son propre royaume. De son côté, Kesh, conscient de la faiblesse de son voisin, veut récupérer des terres qui étaient à lui dans un passé très lointain. La mort du démon a mis fin à une guerre que pour laisser place à une autre, sur plusieurs fronts. Et le prince Patrick n’est pas patient. Il veut à tout prix récupérer son royaume. À Erik, Jimmy et Dash de trouver comment s’y prendre…

Mon avis :

Ma première impression a été un sentiment de déception. Il faut dire que, pour l’instant, ma série préférée est la seconde, La Trilogie de l’Empire. J’avais bien aimé y retrouver des petites anecdotes sur la première et j’étais friande de voir les conséquences qu’auraient pu avoir les grands bouleversements qui se sont produits sur Kelewan sur Midkemia. Avec Le Legs de la faille, sur ce sujet, je suis restée sur ma faim, pour une raison très simple. Cette série se déroule sur un laps de temps assez court alors que lesdits bouleversements sont en train de se produire. Bon, on verra avec la suite! Et là je commence La Guerre des Serpents pour découvrir qu’environ 50 ans se sont écoulés. Ça me donne un peu l’impression que l’auteur a fait table rase. Qu’il a étiré la sauce de son univers pour repartir à 0 ou presque. Après tout, chaque série pourrait presque se lire indépendamment des autres, alors… Puis quelques indices m’ont fait me demander si je n’avais pas loupé un chapitre… Et en fait, c’est exactement ça!

Pour une obscure raison, qui ne peut être ni la chronologie de l’histoire ni la date de sortie des livres, Bragelonne a décidé de mettre Les fils de Krondor et Les légendes de Krondor vers la fin de l’intégrale. Donc oui, il me manque une partie et j’ai dû réviser mon appréciation en en tenant compte.

Bref, j’ai oublié ma déception causée par un malentendu et je me suis plongée dans ce nouvel opus. Avec La Guerre des Serpents, des indices parsemés dans le récit depuis que Pug était un garçon du château de Crydee prennent un tout nouveau sens. Des événements du passé sont revus d’une autre manière. Autrement dit, cette série constitue un grand tournant dans ce fil directeur que nous suivons depuis le début et qui s’est enrichi au fil des pages. Derrière les drames, les combats, les larmes et le sang, nous découvrons la fin d’une ère et le commencement d’une autre.

Quelque part, ce n’est pas si étonnant. À l’exception de Pug, de Tomas, des elfes et de quelques rares exceptions, le temps a fait son œuvre. Les héros dont nous avions suivi les aventures sont morts ou en sont à la fin de leur vie. De nouveaux surgissent, attachant dans leur imperfection. Erik, qui quelque part avait toujours été prisonnier des ambitions de sa mère et qui finit par se trouver lui-même quand il n’a plus d’autres choix qu’intégrer les aigles cramoisis ou mourir. Roo, qui a l’exception d’Erik n’avait jamais eu d’amis, n’avait jamais été aimé par personne, et qui, s’il est doué en affaire, n’a pas la même clairvoyance dès qu’il est question de femmes ou de relations familiales. Jimmy et Dash, élevés depuis leur naissance pour servir le royaume et nourris des histoires de leur grand-père. S’ils n’ont pas vécu dans son ombre autant que leur père, ils n’en sont pas moins les dignes héritiers. Pour ne mentionnez que les principaux.

Vous remarquerez que je ne fais pas mention de personnages féminins. C’est une constante de cet auteur. Son univers est incontestablement masculin. Il y a bien toujours une ou deux femmes qui sortent du lot, comment dans le cas présent Miranda, mais ils n’arrivent jamais à s’élever au-delà d’un rôle secondaire. Force. Faiblesse. À vous de voir! Dans tous les cas, je m’y attendais, ça fait partie de son style. Donc, je peux toujours le souligner sans le lui reprocher pour autant.

La Guerre des Serpents, comme son titre l’annonce si bien, est avant tout le récit d’une guerre, ou deux. De Novindus au royaume des Isles, c’est une histoire au rythme soutenue, remplit d’actions et de combats, avec très peu de temps mort. Cette fois-ci, il n’y avait ni coauteur, ni jeux vidéo pour inspirer Raymond E. Feist. On n’y retrouve que la plume de l’auteur qui, si elle s’est affinée au fil des tomes, n’a pas vraiment changé. Peut-être a-t-elle perdu un peu de son côté vieillot, sans pour autant perdre de sa fluidité et est toujours aussi agréable à lire. En cela, cette série ne dément pas les précédentes et demeure une valeur sûre.

En conclusion, je retire cette hypothèse malvenue. Avec La Guerre des Serpents, Raymond E. Feist n’a en aucun cas étiré la sauce. L’histoire se poursuit et n’est pas terminée. On y découvre que la source de tous les conflits est autrement plus profonde qu’on aurait pu l’imaginer au départ. Ça donne envie d’en savoir davantage et promet pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *