La Guerre du Chaos de Raymond E. Feist

La Guerre du Chaos de Raymond E. Feist

C’est le temps des Fêtes. Le temps d’offrir et de s’offrir des cadeaux. Je vous partage l’un des miens. Bon, j’exagère un chouya, mais j’avoue que ça m’a fait un bien fou de lire ce qui me faisait envie sans aucune pression, ni engagement. Je viens donc de terminer la trilogie La Guerre du Chaos de Raymond E. Feist et je vous en parle!

La Guerre du Chaos, tome 1: Un Royaume assiégé
Synopsis tome 1 : Un Royaume assiégé

Il y avait des rumeurs. Des rumeurs sur l’état de santé du roi des Isles et les manigances politiques de la cour et des rumeurs d’une possible guerre déclenchée par la Kesh la Grande. Des rumeurs d’autant plus perturbantes qu’elles ne peuvent être percées à jour. Que ce soit ceux du royaume des Isles, de Roldem ou de Kesh, les espions disparaissent ou sont corrompus.

Des rumeurs suffisantes pour que sur ordre de la couronne, les hommes de l’Ouest des Isles répondent à l’appel des armes. Le Duc de Crydee part avec son benjamin et son armée pour prêter main-forte là où il sera le plus utile si l’attaque a bien lieu, laissant la protection du château entre les mains de son cadet. Hélas, personne n’aurait pu deviner que c’était à Crydee que l’assaut aurait lieu et que Martin ConDoin serait confronté à l’envahisseur avec très peu de ressources.

Pendant ce temps, le Conclave est dans une impasse avec le mystère entourant les démons. Et ces derniers menacent de nouveau Midkemia.

La Guerre du Chaos, tome 2: Une Couronne en péril
Synopsis tome 2 : Une Couronne en péril

Crydee a été vaincu. Martin a dû se replier sur Ylith et cette fois, il doit tenir coûte que coûte jusqu’à l’arrivée des renforts, sinon la guerre sera perdue. Une guerre qui n’a aucun sens. Qui est derrière tout ça? Et pourquoi? L’enjeu pourrait être bien pire que le sort du Royaume des Isles. S’il n’est pas démasqué, si des réponses ne sont pas trouvées, ce pourrait être la fin de Midkemia.

La Guerre du Chaos, tome 3: La Fin du magicien
Synopsis tome 3 : La Fin d’un magicien

Le conflit entre Kesh la Grande et le Royaume des Isles est terminé et un autre se dessine. Le roi est mort. Le trône est vide et une guerre civile fait rage pour savoir qui s’en emparera. Hal, désormais duc de Crydee, doit prendre parti pour protéger son royaume, son peuple et pour que le prochain souverain puisse être nommé dans les règles et non par les armes.

Ce n’est pourtant pas ce qu’il y a de pire. Les elfes des étoiles ont été trahis par leur dirigeant. Leur régent a ouvert une brèche pour permettre à l’Ennemi Ultime d’entrer sur Midkemia. Un peu de chance et beaucoup de réactivités ont offert un délai, mais le dôme qui retient le mal ne tiendra pas longtemps. Pug, Magnus et tous les magiciens doivent se préparer à se sacrifier pour sauver leur monde.

Mon avis

La Guerre du Chaos est le dernier volet d’une très grande saga. Pour en savoir davantage sur ce qui se passe avant, je vous invite à lire, si ce n’est pas encore fait, mes précédentes critiques sur l’univers de Midkemia de Raymond E. Feist, soit : La Guerre de la Faille, La Trilogie de l’Empire, Le Legs de la Faille, La Guerre des Serpents, Le Conclave des Ombres, La Guerre des ténèbres et La Guerre des démons. Ce serait d’autant plus intéressant que dans cet article, comme dans quelques autres, je ne m’attarderai pas sur ce qui a été déjà dit. Je me concentrai sur ce que cette trilogie apporte de nouveau à la saga.

Une guerre. Crydee attaqué. Le jeune fils du Duc devant défendre le château. La couronne des Isles convoitée et sa succession un peu floue. Ça vous rappelle quelque chose? Ça devrait. La fin semble un écho du commencement. La boucle est bouclée et les mystères résolus, dans les limites de notre compréhension.

Il y a eu des moments, au cours de cette série, où j’ai eu l’impression que Raymond E. Feist avait étiré la sauce de son succès. Vrai ou faux? Avait-il prévu d’en venir là dès le début ou a-t-il seulement compris que toutes bonnes choses avaient une fin? Je ne le saurai jamais. Dans tous les cas, cette conclusion est réussie.

Au fil des cycles, nous avons épluché les couches de la « réalité » et balayé nos certitudes en en apprenant toujours davantage. Les mystères, les questions et les réponses s’enfonçaient toujours plus profondément, peut-être trop, d’où cette impression précédemment évoquée. Il n’en reste pas moins qu’à la fin, tous les fils sont réunis et trouvent un sens. Alors nous avons le choix. Soit, c’était planifié et l’auteur nous a menés là où il le souhaitait. Soit, il a décidé que c’était le temps d’en finir et je devrais avouer qu’il l’a fait sur un coup de maître.

Grâce à Pug, Magnus, Miranda et Nakor qui ont survécu à travers le temps, La Guerre du Chaos de Raymond E. Feist rappelle à notre bon souvenir des personnages que l’on avait appris à aimer et qui ont disparu. Le premier professeur de magie de Pug, son premier amour, sa première femme, ses premiers enfants, etc… Quelque part, c’est un cycle nostalgique qui nous permet de dire adieu, avec une fin remplit d’espoir.

En résumé, La Guerre du Chaos de Raymond E. Feist est le dernier volet d’une saga qui vaut la peine d’être lu. Ça m’aura pris du temps et je l’aurais peut-être mieux apprécié si j’avais pu la litre d’une traite selon mon habitude, mais bon… Parfois, il faut être raisonnable! Cela étant dit, pendant que vous vous laissez peut-être intriguer si vous ne l’avez pas encore déjà lu, moi je vais prendre une machine à remonter le temps. Façon de parler. Dans mon gros intégral d’intégrales, il y avait de petits à côté qui n’avaient pas été insérés à leur place chronologique, mais plutôt mis à la fin. Alors je retourne à une époque où Arutha était encore vivant pour découvrir les péripéties des Fils de Krondor et je reviens bientôt pour vous en parler!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

%d bloggers like this: