La Légende des Firemane, tome 1 et 2, de Raymond E. Feist

La Légende des Firemane de Raymond E.Feist

Mon long marathon est terminé J’aurais même pu écrire qu’il est ENFIN terminé. Car, je vais être honnête, même si les livres de Raymond E. Feist sont très intéressants, je suis un peu lasse de cet auteur. Il faut dire que depuis un peu plus de 2 ans, quand je ne lisais pas des services presse, j’étais plongée dans son énorme intégral d’intégrales. Ça va faire du bien de passer à autre chose. Bref, pour cet au revoir, je vous présente les deux premiers tomes de sa nouvelle saga, La Légende des Firemane. Voyons ce que ça raconte!

La Légende des Firemane, tome 1: Le Roi des cendres
Synopsis tome 1 : Le Roi des cendres

Garn abritait cinq grands royaumes jusqu’à ce que le roi d’Ithrace et toute sa famille soient exécutés par l’ambitieux souverain de Sandura.

Ithrace était gouverné par les légendaires Firemane à la crinière de feu, craints par les autres monarques. Désormais, il ne reste plus que quatre grands royaumes au seuil de la guerre. Mais on raconte que le fils du dernier roi d’Ithrace a survécu et qu’il est aux mains d’une société secrète nommée Quelli Nacosti, qui s’illustre dans l’infiltration des puissants. Inquiets, les quatre rois offrent une énorme récompense en échange de sa tête.

Dans un petit village pacifique, Declan, apprenti forgeron, découvre les secrets de la fabrication du mythique acier royal. Jusqu’à ce que la guerre vienne à lui. Declan doit alors fuir et offrir ses précieuses connaissances au souverain de Marquensas, qui est peut-être le seul à pouvoir vaincre Sandura.

Pendant ce temps, dans le domaine secret de Quelli Nacosti, trois amis apprennent l’art de l’espionnage et de la mort : Donte, Hava et Hatu, à la chevelure d’un roux éclatant…

La Légende des Firemane, tome 2:: La Reine des tempêtes
Synopsis tome 2 : La Reine des tempêtes

Désormais établis à Mont-Beran, Hatushaly et sa jeune compagne Hava se préparent à célébrer le festival du Solstice d’été. Or, ils n’ont rien d’un couple ordinaire… espions et assassins aux ordres des puissants Nocusara, les « Guerriers cachés », ils se font passer pour des aubergistes en attendant les ordres de leurs maîtres au royaume de la Nuit.

Hatu dissimule un secret plus dangereux encore puisqu’il est le dernier survivant des Firemane, le clan décimé qui régnait autrefois sur l’Ithrace. Et lorsque des forces monstrueuses sèment la mort et la dévastation à Mont-Beran et ailleurs, le destin force Hatu et ses alliés à emprunter une voie sans retour…

Mon avis

À l’exception de Faërie, pour ce que j’en sais, Ramond E. Feist avait été l’homme d’un seul univers, celui de Midkemia. Si vous ne les avez pas encore lus, voici la liste de mes articles à ce sujet : La Guerre de la Faille, La Trilogie de l’Empire, Le Legs de la Faille, La Guerre des Serpents, Le Conclave des Ombres, La Guerre des ténèbres, La Guerre des démons, La Guerre du Chaos, Les fils de Krondor et Les légendes de Krondor. C’est clair, après autant de livres, il en avait fait le tour. Pour ne pas dire qu’à certains moments, il avait semblé étirer la sauce et qu’on peut se demander si c’est par habilité ou coup de chance que ces longueurs ont trouvé un sens à la fin de l’histoire. Mais, je digresse. Là où je voulais en venir, c’est que j’ai l’impression qu’il s’est vite ennuyé de ce concept d’un gros univers à construire et enrichir, ou que ça lui aurait manqué. Car, La Légende des Firemane, selon moi, promet d’être une autre énorme saga!

Ce n’est pas par hasard si j’ai commencé cette critique sur La Légende des Firemane en mentionnant mes précédents articles sur Raymond E. Feist. D’abord parce qu’après en avoir autant parlé, je veux éviter de radoter. Et ensuite, parce que le parallèle est facile à faire entre les deux séries. Certains mécanismes pour forger l’intrigue sont similaires. D’une part, ça peut se comprendre puisqu’il s’agit du même auteur et d’une autre, si vous aviez aimé ses précédents livres, ça a à un petit quelque chose de réconfortant. Cela dit, il y a bien sûr, et heureusement, des différences.

Du propre aveu de Raymond E. Fesit, le succès de la Faille est un coup de chance. Il est venu du fait qu’il ne savait pas ce qu’il faisait. Il est parti d’un jeu de rôle, il a ignoré toutes les conventions et voilà! Évidemment, des décennies plus tard ce n’est plus le cas, pour le meilleur et pour le pire. Je vous rassure, il y a surtout du meilleur. Le style est plus affirmé. À mon avis, de sortir du cadre où il était restreint depuis si longtemps lui a permis de mieux exprimé une certaine évolution de son écriture, la maturité qu’elle avait prise. Par contre, il n’est peut-être pas aussi à l’aise dans le monde Garn qu’il l’était dans celui Midkemia. Ça se sent surtout dans le premier tome. Il y a plus de répétitions que nécessaire, comme s’il avait plus de difficultés à s’approprier cet univers et donc à nous le faire découvrir. Est-ce que c’est dérangeant? Je n’irais pas jusque-là.

Vous l’aurez compris, en ce qui concerne la plume, dans La Légende des Firemane, Raymond E.Feist est égal à lui-même, avec un petit plus. En d’autres termes, il y a peu à dire, il écrit toujours aussi bien et l’expérience s’exprime en plus.

Quant aux personnages, ils sont attachants et d’une belle complexité. L’auteur a toujours su bien concevoir ses personnages masculins, il n’allait pas perdre ce talent! Toutefois, et c’est intéressant de le souligner, ces personnages féminins ne sont plus aussi fades! Est-ce un effet de l’ère du temps? Une adaptation à la mentalité d’aujourd’hui? Peu importe! L’important c’est que c’était agréable et apprécié.

En résumé, avec les 2 premiers tomes de La Légende des Firemane, Raymond E. Feist nous invite à découvrir une nouvelle saga qui s’annonce grandiose. Je… Bon d’accord, là normalement je dirais que j’ai très hâte de lire la suite. Cependant, en l’occurrence, ce sera que je vais avoir très envie de la lire après avoir diversifié un peu mes lectures!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

%d bloggers like this: